Le PSG poste des chants homophobes. Le club n'avait pas
Actualité

Le PSG poste des chants homophobes. Le club n'avait pas "fait attention au détail des syllabes"


Le PSG a provoqué un tollé dimanche en donnant de l’écho aux chants homophobes clamés par ses supporters. Le club de football plaide l’étourderie.

« Les supporters donnent déjà de la voix » se félicitait dimanche le club du Paris-Saint-Germain avant de rencontrer l’OGC Nice au Parc des Princes, en partageant l’excitation des gradins sur Twitter. Seul problème, la séquence vidéo montre alors la foule bleu-blanc-rouge clamer en cœur « Les Niçois, c’est des pédés ! C’est des pédés ! C’est des pédés ! ». Pas très sportif… Pas très malin surtout. Car depuis, bon nombres d’internautes dénoncent l’homophobie du club parisien qui, en relayant ces propos, les confortent et les cautionnent.

https://twitter.com/TheCaroCaro45/status/808059340838080512

D’autres y voient plutôt l’expression d’une homophobie ordinaire et quotidienne dans le milieu du ballon rond.

D’après Julien Pontes, ancien président du Paris Foot Gay qui voulait lutter contre la discrimination dans le sport mais qui arrêta sa lutte par découragement, cet épisode n’est pas surprenant. Il est même banal. « Taboue », l’homophobie dans le foot serait aussi « hors de contrôle » explique-t-il à Buzzfeed et n’entraînerait jamais de sanction, bien que l' »injure publique en raison de l’orientation sexuelle » soit punie par la loi. Il prend l’exemple d’un match opposant l’Olympique de Marseille à Saint Etienne en septembre 2014 à la suite duquel il a dénoncé des propos homophobes, recevant en échange des centaines de messages d’injures.

Un club étourdi et des supporters remontés

De son côté, le PSG n’a pas présenté ses excuses suite à sa malencontreuse publication de dimanche, bien que le club se soit empressé de la supprimer pour étouffer le bad buzz. Pas de déclaration publique ni de tweet d’excuse. Un responsable de la communication du Paris-Saint-Germain cité par Buzzfeed a toutefois tenté d’expliquer ce geste : le club n’avait aucune « démarche volontaire d’adresser un message homophobe » et déplore même l' »excès de langage qui peut parfois surgir des tribunes », il voulait simplement capter le climat dans les gradins et n’a pas remarqué quelles étaient les paroles scandées par leurs supporteurs… Qui sont pourtant parfaitement identifiables sur la vidéo conservée par le compte @AntiHomophobie.

Ça n’a pas été fait sciemment. On poste des séquences des matchs pour illustrer l’ambiance. Parfois, on entend l’ambiance mais on ne fait pas toujours attention aux détails des syllabes prononcées par la foule ; parfois on ne les comprend pas bien. C’est tombé à un moment où il y avait ce chant-là… Il y a eu une mauvaise appréciation du contenu.

Le journaliste à AIDES Mathieu Brancourt a également relayé la vidéo du PSG sur Twitter pour mieux la dénoncer. Il a reçu une ribambelle d’insultes homophobes clamant que non, tout cela n’a rien d’homophobe.

D’après Nice Matin, c’est « la première fois qu’un club français se fait l’écho [de ce genre de chant homophobe] pendant un match » bien que ceux-ci soient monnaie courante dans les tribunes. En Amérique latine, plusieurs fédérations nationales de football ont déjà été condamnées par la FIFA pour de telles dérives ; les sanctions vont de plusieurs milliers d’euros d’amende à l’interdiction temporaire de jouer.

 

Couverture : crédit photo www.annelauret.com

ads