Les Français soutiennent la PMA pour les couples de femmes, révèle un sondage.
Actualité

64% des Français sont favorables à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes


Les Français soutiennent l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes. C’est le résultat d’un sondage Ifop commandé par l’Association des Familles Homoparentales (ADFH). Une étude qui révèle également des chiffres surprenants sur la GPA…

Voilà de quoi faire du bruit à la veille de la Marche des Fiertés. Selon un sondage réalisé par l’Ifop pour l’Association des Familles Homoparentales (ADFH), 64% des Français seraient favorables à l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes. Interrogés également sur l’ouverture de la PMA pour les femmes célibataires, 66% des français s’y déclarent plutôt ou très favorable. Joint par TÊTU, le président de l’ADFH, Alexandre Urwicz, s’en félicite:

« Près de 2 Français sur 3 sont désormais favorables à l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes. C’est près de 4% d’opinion favorable supplémentaire en 4 ans. C’est la preuve que le travail de sape orchestré par la Manif pour Tous ne fonctionne pas. » 

Les Français pour la PMA

Autre fait notable, 80% chez les personnes se définissant comme gays, lesbiennes, bisexuelles ou trans, et même 86% chez les seules personnes gays ou lesbiennes, sont favorables à la PMA pour toutes, qu’ils votent France Insoumise, PS, En Marche ou Front National. Un beau symbole d’unité envoyé par la communauté LGBT, juste avant la marche des fiertés. Et un signal fort envoyé au gouvernement, qui tarde encore à ouvrir la procréation médicalement assistée à toutes les femmes. « Ce sondage marginalise les opposants, et montre bien que les Français soutiennent cette mesure proposée par le gouvernement. Cela devrait aussi faire réfléchir certains députés » estime Alexandre Urwicz.

Mais le sondage va plus loin : 58% des Français seraient « favorables à ce que les frais engagés par les femmes seules et les couples de femmes homosexuelles pour une procréation médicalement assistée soient aussi pris en charge par l’Assurance Maladie ». Par ailleurs, 68% de nos compatriotes seraient favorables à la reconnaissance immédiate du second parent, dès la naissance de l’enfant. Actuellement, dans le cas par exemple d’une PMA, la partenaire de la mère biologique doit engager une procédure d’adoption de l’enfant pour être reconnue comme son parent légal. Des procédures longues, qui prennent 12 à 24 mois, et qui fragilisent les familles.

La GPA, oui… mais pas (encore) pour les homos.

Si sur la PMA, les résultats de ce sondage sont encourageants, la légalisation de la gestation pour autrui reste clivante pour la société française. Mais selon ces chiffres, cela ne semble pas être un problème de « marchandisation des corps » comme souvent évoqué, puisque 65% des Français s’y déclarent favorable… pour les couples hétérosexuels. En revanche, seulement 48% d’entre eux seraient d’accord pour autoriser aux couples de même sexe d’avoir recours à une mère porteuse, quand 79% des gays et lesbiennes le souhaitent. Mais pour Alexandre Urwicz, ce n’est qu’une question de temps :

« Il y a une prise de conscience de la définition de l’égalité des droits. Les gens commencent à considérer qu’une famille avec deux papas ou deux mamans, c’est une famille comme les autres. Le vrai problème, c’est la représentation politique. 2 Français sur 3 sont pour la GPA, mais quels élus, aujourd’hui, portent cette conviction ? Une poignée de députés, à peine. La représentation nationale ne reflète pas les convictions des citoyens. » 

Ce sondage a interrogé un panel représentatif de 12.137 personnes âgées de plus de 18 ans sur leur orientation sexuelle et leur genre, afin de connaître la part des LGBT en faveur de la PMA et de la GPA. Et de donner une estimation du nombre de personnes LGBT en France : environ 8% des personnes interrogées se sont déclarées homosexuel.le.s, bisexuel.le.s ou transgenre. Soit près de 4 millions de personnes. Et surprise : il y a plus de bisexuel.le.s que d’homosexuel.le.s, même s’ils déclarent ne pas toujours l’assumer dans leur vie privée…

 

Retrouvez l’intégralité du rapport par ici

115524_Rapport_Ifop_ADFH_26.06.2018 by Antoine Patinet on Scribd

ads