Eglise catholiqueIrlande : une association catholique LGBT-friendly évincée de la Rencontre mondiale des familles

Par Louise Guibert le 26/07/2018
irlande

En Irlande, la demande de participation d'une association catholique qui défend les droits des personnes LGBT+ à la « Rencontre mondiale des familles », un événement ayant lieu tous les trois ans, a tout bonnement été ignorée.

« We Are Church Irlande est déçue par la manière discriminatoire dont elle a été traitée par la Rencontre mondiale des familles, se voyant refuser un stand dans le hall principal où se tiendra l'événement. » Ainsi débute le communiqué de presse publié par l'association catholique irlandaise We Are Church, fervente militante pour l'inclusion LGBT+ au sein de l'Eglise. Celle-ci devait se rendre à ce rassemblement de l'Église catholique, organisé tous les trois ans depuis 1994, « pour célébrer, prier et réfléchir à l'importance centrale du mariage et de la famille ». « Nous faisons le lien entre cette décision et nos prises de positions pour une totale égalité des femmes et des personnes LGBT+ dans l'Eglise », continue Brendan Butler, porte-parole du groupe.
We are Church s'est en effet vue indirectement refuser un stand d'exposition visant à sensibiliser l'Eglise à l'inclusion des communautés LGBT+ en son sein, lors de la Rencontre mondiale des familles se tenant du 21 au 26 août 2018, et à laquelle devrait assister le Pape François. Le 14 février dernier, l'association soumettait une demande aux organisateurs. Mais après cinq mois et plusieurs lettres adressées à Diarmaid Martin, archevêque de Dublin et président de l'événement, toujours aucune réponse. « Ces lettres ont été ignorées », affirme Brendan Butler. Depuis, le délai de demande pour obtenir un stand a été dépassé... Et la demande de l'association annulée.
En février dernier, une photo représentant deux femmes s'embrassant avait déjà été supprimée de la brochure d'informations. Elle était accompagnée du message suivant : « Le pape François nous encourage à ne jamais exclure ces couples, et à les accompagner eux-aussi avec amour, soin et soutien ». Sous la pression des dirigeants religieux anti-LGBT+, la photo a été remplacée par celle d'un homme, d'une femme et d'un enfant.  Une nouvelle fois, l'Église catholique se contredit et revient sur ses appels incessants au dialogue et à l'inclusion des communautés LGBT+.
À LIRE AUSSI : Pour le pape, la famille, c'est "un homme et une femme". Un point c'est tout

Les familles homoparentales pourtant célébrées par le Premier ministre

En janvier 2015, alors ministre de la Protection sociale, Leo Varadkar faisait publiquement son coming-out. Il était le premier ministre irlandais à assumer ouvertement son orientation sexuelle. Quatre mois plus tard, un référendum ouvrait la voie au mariage pour les couples de même sexe. Depuis, il est devenu le plus jeune Premier ministre de l'histoire du pays. En mars dernier, en marge de sa rencontre avec le Pape, il prenait la parole face au Parlement irlandais : « Nous ferons savoir lors de notre rencontre avec les organisateurs de la Rencontre mondiale des familles que, conformément à notre engagement en faveur de la liberté individuelle et de l'égalité devant la loi, le gouvernement estime devoir célébrer les familles sous toutes leurs formes ».
Mais malgré la persistance de Leo Varadkar, le refus essuyé par We are Church n'est qu'un rappel de la vision portée par le Vatican sur l'homosexualité. Le conservatisme au sein de l'Église catholique est ambiant, et les positions radicales de ses dirigeants ne sont certainement pas prêtes d'avancer dans le bon sens.
À LIRE AUSSI : Quand France Culture diffuse une messe catholique anti-LGBT
 
Crédit photo : Long Thiên/Flickr.