lgbtphobiesParis : SOS Homophobie et l'Inter-LGBT appellent à un grand rassemblement contre les LGBTphobies

Par Marion Chatelin le 18/10/2018
rassemblement

Un rassemblement contre les agressions LGBTphobes, à l'appel des associations de défense des droits LGBT+, SOS Homophobie et l'Inter-LGBT, est prévu à Paris ce dimanche 21 octobre 2018, à 17 heures.

Enfin. La mobilisation était attendue par de nombreux militants et citoyens. Les associations de lutte pour les droits des personnes LGBT+, SOS Homophobie et l'Inter-LGBT, ont appelé, ce jeudi 18 octobre 2018, à un rassemblement de grande ampleur prévu dimanche 21 octobre prochain, place de la République, à Paris, dès 17 heures. Une mobilisation citoyenne, en réponse à la succession d'agressions LGBTphobes de ces derniers mois, qui s'est intensifiée ses dernières semaines.

A LIRE AUSSI : SOS Homophobie « tire la sonnette d’alarme » après une nouvelle agression LGBTphobe

Interpeller le gouvernement

Depuis le retour de TÊTU, fin juin 2018, il ne s'est pratiquement pas passé une seule semaine sans une agression lesbophobe, gayphobe, biphobe ou transphobe. Dégradations, insultes, agressions physiques : elles sont relayées par les victimes elles-mêmes, sur les réseaux sociaux ou dans les médias. Il s'agit d'abord d'apporter un soutien moral à toutes ces victimes. Mais le soutien, les tweets d'amitiés ou de bon rétablissement, ne suffisent pas.

A travers ce rassemblement, les associations comptent interpeller le gouvernement, qui se terre dans un silence assourdissant et incompréhensible compte-tenu de ce contexte préoccupant. C'est pourquoi les organisations signataires exigent des pouvoirs publics des mesures concrètes contre les LGBTphobies et en faveur de l’égalité des droits.

A LIRE AUSSI : Le président d’Urgence Homophobie agressé à Paris : la mairie veut réunir les associations de lutte contre les LGBTphobies

Urgence d'agir

Parmi les mesures attendues et détaillées dans un communiquées, le lancement par le gouvernement d'une campagne de sensibilisation nationale sur les LGBTphobies et ses effets. Mais aussi, la mise en place d’une formation initiale obligatoire sur la prévention des LGBTphobies pour les professeur.e.s, magistrat.e.s, policièr.e.s et gendarmes. Enfin, l’adoption d’une circulaire conjointe des ministères de la Justice et de l’Intérieur rappelant l'arsenal législatif sur les LGBTphobies.

La liste n'est évidemment pas exhaustive. Un renforcement de l'ensemble de l'arsenal judiciaire, du dépôt de plainte jusqu'à la peine prononcée, serait plus que le bienvenu. Et il y a urgence. Selon une enquête Ifop réalisée par la Fondation Jean Jaurès et la Dilcrah et menée en juin 2018, près de six personnes LGBT sur 10 adaptent leur comportement pour éviter injures ou agressions LGBTphobes. Pire encore, au moins une personne LGBT sur deux a déjà fait l'objet d'insultes ou d'injures homophobes.

À l'approche du débat sur la Procréation médicalement assistée (PMA) à l'Assemblée nationale, l'ensemble des associations s'inquiète de la résurgence des propos et slogans particulièrement violents à l’égard des familles homoparentales et des personnes LGBT. Elles sont plus d'une vingtaine à avoir co-signé l'appel de SOS Homophobie et de l'Inter-LGBT ce jeudi 18 octobre.

A LIRE AUSSI : « A toi qui, parce que tu es lesbienne, trans’, bi ou gay, ne vivras jamais complètement en sécurité »

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l'événement.

Crédit photo : Flickr.