facebook

Suisse : les associations s’inquiètent des difficultés d’accès à la PrEP

PrEP

En Suisse, plusieurs associations LGBT+ dénoncent les difficultés dans l'accès à la PrEP via Internet, le traitement préventif contre le VIH.

"Il serait très dommageable de remettre en question cette stratégie efficace de réduction des risques." Florent Jouinot, coordinateur de l'association Aides en Suisse normande est très remonté. A partir du 1er avril prochain, l'institut chargé du marché des produits thérapeutiques en Suisse, "Swissmedic", va limiter l'accès à la PrEP (traitement préventif contre le VIH) dans le pays.

L'institut indique qu'il faudra désormais commander son traitement mois par mois. "Plus question donc d'acheter son traitement pour trois mois, fréquence du suivi médical associé à la PrEP", souligne 20 minutes Suisse, qui relaie l'information.

"Les génériques de Truvada récemment saisis provenaient tous de pays sans contrôles suffisants, ou de sources contrôlées par des trafiquants, se justifie Swissmedic dans un communiqué. Il y a un risque significatif pour la santé si une personne reçoit des contrefaçons."

A LIRE AUSSI : "Trop chère", "mauvaise pour la santé"… : 10 idées reçues sur la PrEP passées au crible

La PrEP, pas remboursée en Suisse

Une mesure qui pourrait pourtant avoir des conséquences désastreuses pour les 'prepeurs'. Les associations craignent en effet des ruptures dans le traitement en raison de la longueur des livraisons par internet.

Mais pourquoi ne pas passer par une simple pharmacie ? Car, contrairement à la France, la PrEP n'est pas remboursée par l'assurance-maladie en Suisse et les traitements sont très coûteux. Il faut compter près de 800 euros par boite en pharmacie et une centaine d'euros dans un centre qui se procure le générique à l'étranger.

Face à ces prix très élevés, de nombreux 'prepeurs' préfèrent passer par Internet, via des fournisseurs agréés en Inde, en Afrique du Sud ou au Brésil, où le traitement est vendu aux alentours de 70 euros par mois.

Recul des infections au VIH

"Ça n'a aucun sens de bloquer l'un des meilleurs outils de prévention contre le VIH", gronde un étudiant, utilisateur de la PrEP, auprès de nos confrères de 20 minutes Suisse.

A LIRE AUSSI : "Aucun cas d’infection par le VIH" : une étude démontre l'efficacité de la PrEP

Selon Florent Jouinot, une telle mesure est incompréhensible alors que le pays a connu un recul important des nouvelles infections au VIH en 2017, soit un an après l'arrivée de la PrEP dans le pays. En effet, 445 nouveaux cas avaient été déclarés à l’Office fédéral de la santé publique, soit une baisse de 16% par rapport à 2016.

Crédit photo : NIAID via Flickr Creative Commons.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail