facebook

Le harcèlement scolaire est toujours une réalité pour les enfants et ados LGBT+

Les élèves LGBT+ sont en première ligne du harcèlement scolaire, souvent dans le plus grand silence.  Une chape de plomb scellée par leurs bourreaux, avec la complicité involontaire des équipes pédagogiques impuissantes et des pouvoirs publics, coupables de passivité...

Cette enquête a initialement été publiée dans le numéro 217 du magazine TÊTU. Nous la republions à l'occasion de la Journée Internationale de l'éducation, et suite à l'appel de l'Inter-LGBT au ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, ce vendredi 24 janvier 2020. 

La porte d’entrée grince. Elle est encore plus rouillée que dans mes souvenirs. Je descends quelques marches et me retrouve face à l’imposante façade de mon ancien collège. Rien n’a changé. Les volets sont toujours bleus. Le macadam, toujours gris. Seuls les arbres me paraissent plus grands, mais la boule au creux de mon ventre est la même.

A LIRE AUSSI : 3 témoignages poignants de victimes de harcèlement scolaire 

Les souvenirs reviennent par flash. Je dépasse les vestiaires, où l’on m’isolait pour que je ne regarde pas les autres garçons se changer. Je longe les casiers à codes, où tous les matins deux types me décoiffaient. Je passe devant la cantine aux murs jaunis, où une bande de filles avait une fois moqué ma démarche “trop féminine”. Devant les grandes marches noircies de l’entrée, où Keïta m’avait glissé à l’oreille “sale pédé, je vais te régler ton compte à la sortie”. Devant les toilettes, où je refusais de mettre les pieds pour ne pas me retrouver muré avec eux – jusqu’à en avoir mal au ventre. Devant le couloir qui mène au bureau du proviseur, où je n’ai jamais osé me rendre pour raconter ma souffrance....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail