facebook

Coronavirus : le président tchétchène veut tuer les porteurs qui ne se confinent pas

Ramzan Kadyrov, président de la Tchétchénie accusé d'avoir interné des homosexuels dans des camps, a affirmé que les porteurs du Covid-19 "doivent être tués" s'il ne se confinent pas.

Il s'est fait connaître à l'international pour avoir organisé le premier internement de masse d'homosexuels du XXIe siècle. Le président depuis 2007 de la République de Tchétchénie Ramzan Kadyrov, fervent soutien de Vladimir Poutine, s'est fait remarquer par une nouvelle sortie polémique en pleine pandémie mondiale de Covid-19, dit maladie à coronavirus. En effet, au moins deux résidents tchétchènes ont contracté le virus pendant leur hajj - pèlerinage à La Mecque. D'après le président, l'un deux aurait organisé à son retour des réunions de prières.

À LIRE AUSSI : Tchétchénie : selon les activistes, la purge anti-LGBT s’intensifie

"La personne qui se fait infecter et crée ce problème, si vous me demandez, doit être tuée, aurait déclaré Kadyrov, d'après le site d'information russe Kavkazkii Uzel. Non seulement il tombe malade, mais il infecte également sa famille, ses sœurs, ses frères, ses voisins." D'après Business Insider, cette menace orale a été rapportée par un journaliste de la télévision tchétchène après une réunion privée avec le président de cette République semi-autonome membre de la Fédération de Russie.

"Ce sont des démons"

Pourtant, les autorités tchétchènes ont pris davantage au sérieux la panique autour du coronavirus que le danger du virus en lui-même. "Les gens perdent le sommeil à cause de cette maladie apparue en Chine : le virus, avait-il dit lors d'une réunion gouvernementale le 14 mars. Ils ont peur que cela leur arrive et qu’ils en meurent. Ne soyez pas pressés, vous mourrez de toute façon. N'essayez pas de mourir avant l'heure." Et d'inviter ses concitoyens à se tourner vers la médecine traditionnelle, avec des prescriptions pour le moins douteuses : "Mélangez du citron avec du miel et de l'eau et buvez, ainsi le virus ne vous attrapera pas. Mangez de l’ail."

À LIRE AUSSI : Nouvelle vague de répression homophobe en Tchétchénie

Connu pour son autoritarisme, Kadyrov a aussi, d'après des enquêtes journalistiques et témoignages de rescapés diffusés depuis 2017, orchestré dans son propre pays l'internement et la torture systématique d'homosexuels dans des camps dédiés. En juillet 2017, dans une interview pour la chaîne de télévision américaines HBO, il avait déclaré, en guise de démenti : "Nous n'avons pas ce genre personnes ici. Nous n'avons pas de gays. S'il y en a, emmenez-les au Canada. [...] Pour purifier notre sang, s'il y en a, emmenez-les. [...] Ce sont des démons. Ils sont à vendre. Ce ne sont pas des personnes."

 

Crédit photo : Пресс-служба Президента Российской Федерации/Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail