homophobie"On sait que tu n'es qu'un pédé" : à Poitiers, une violente agression homophobe

Par Timothée de Rauglaudre le 05/06/2020
Agression

Habitant de Poitiers de 37 ans, Noël a été violemment agressé par une dizaine de jeunes qui lui ont adressé des injures homophobes. Il a témoigné auprès de La Nouvelle République.

C'est dans la nuit du mardi 19 mai que Noël, habitant de Poitiers de 37 ans dont La Nouvelle République a recueilli le témoignage, a subi son agression homophobe. "J'étais en train de regarder mon portable lorsque deux jeunes sont arrivés à côté de ma voiture", raconte-t-il au quotidien. Il se retrouve bientôt encerclé par une dizaine de jeunes de 12 à 17 ans, qui lui demandent une cigarette, son portable puis de l'argent, ce que le trentenaire refuse.

À LIRE AUSSI : Seine-Saint-Denis : violente agression d’un couple homosexuel

Il reçoit alors des coups de pied et de poing. L'un des agresseurs lui dit : "On sait que tu n'es qu'un pédé." Il poursuit auprès de La Nouvelle République : "Je suis sorti du véhicule et j'ai voulu fuir mais je n'ai pas eu le temps car dès la première foulée, j'ai pris un croche-pied et je suis tombé. Une fois au sol, j'ai reçu des coups de la part de tous les jeunes."

Dans la Vienne, six agressions en quinze mois

Trois semaines après son agression, Noël est toujours est toujours blessé aux mains et aux genoux. Il est en arrêt de travail jusqu'au 13 juin. La Nouvelle République a aussi interrogé Yohann Allemand, correspondant local de l'association Le Refuge, qui a recensé en l'espace d'une de mois six agressions dans la Vienne : "Les gens pensent que ça n'existe pas à Poitiers l'homophobie. Si, ça existe et c'est important de le dénoncer."

À LIRE AUSSI : SOS homophobie rapporte une hausse « alarmante » des LGBTphobies en 2019

Le cas de Noël vient donc s'ajouter à la triste liste des agressions : "C'est la première fois que je subis ce type d'agression verbale et physique. Il y a de la honte, de l'humiliation, de la colère. Je ne veux pas rentrer dans un cercle de haine, que cet événement gâche le restant de mes jours."

 

Crédit photo : Alexandre Mauric/Wikimedia Commons