Pour l’administration Trump, une agence d’adoption peut refuser un couple de même sexe

Dans un dossier envoyé à la Cour suprême, le département de la Justice du cabinet Trump défend une agence d'adoption qui refuse les couples de même sexe pour motif religieux.

Comme le raconte le site d'information LGBT+ britannique PinkNews, les avocats du département de la Justice du cabinet du président Donald Trump ont envoyé un dossier de 35 pages à la Cour suprême américaine en leur demandant de prendre le parti des Catholic Social Services. Cette agence d'adoption implantée à Philadelphie tient absolument à refuser les couples de même sexe, brandissant le premier amendement de la Constitution, qui interdit notamment au Congrès de limiter la liberté de religion ou d'expression.

À LIRE AUSSI : Pour ce conseiller spirituel du cabinet de Trump, les homosexuels sont responsables du coronavirus

Dans ce document, révélé par le Washington Blade, plus ancien journal LGBT+ aux États-Unis, le département de la Justice affirme que le pays a un "intérêt substantiel" dans l'affaire Fulton v City of Philadelphia, car le gouvernement pense que le "libre exercice de la religion" devrait être protégé. Selon l'administration, les Catholic Social Services peuvent très bien choisir de ne travailler qu'avec des couples de sexe opposé et des célibataires "parce qu'ils adhèrent à la croyance selon laquelle le mariage est l'union d'un homme et d'une femme".

Précédent pour les parents LGBT+

Le département de la Justice poursuit en estimant que les couples de même sexe peuvent se tourner vers d'autres agences d'adoption. "Les actions de Philadelphie reflètent également l'hostilité inconstitutionnelle envers les croyances religieuses des Catholic Social Services", jugent les avocats de l'administration. La Ville de Philadelphie aurait ainsi "visé des organisations religieuses" pour lancer des enquêtes et "suggéré que les croyances religieuses ne sont qu'un prétexte à la discrimination".

À LIRE AUSSI : Trump pense qu’il est une icône LGBT+, un adolescent gay le « trolle » en beauté

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), association de défense des droits de l'homme, a indiqué que, en réaction au dossier du département de la Justice, elle allait faire un recours auprès de la Cour suprême d'ici le samedi 13 juin. En février, lorsque la Cour suprême avait accepté d'examiner le litige des Catholic Social Services, déjà tranché par plusieurs tribunaux, des activistes s'étaient inquiétés du fait que cela puisse créer un précédent pour les parents LGBT+. En effet, depuis son jugement en 2015 en faveur du mariage pour tous, Donald Trump a nommé deux nouveaux juges, Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh, et la Cour suprême a basculé dans le camp conservateur.

 

Crédit photo : Gage Skidmore/Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail