Voici la nouvelle date et le parcours de la Marche des Fiertés de Paris

INFO TÊTU. La Marche des Fiertés aura lieu le 7 novembre, a annoncé à TÊTU l’Inter-LGBT.

Il faut davantage que le Covid-19 pour faire de l’ombre à nos fiertés. Alors que l’épidémie interdit jusqu’à nouvel ordre les rassemblements de plus de 5.000 personnes, l’Inter-LGBT avait annoncé en avril dernier le report de la Marche des Fiertés de Paris, qui devait originellement se tenir le 27 juin prochain. Si certaines Marches à travers le monde, et de nombreux événements en France ont choisi de ne pas avoir lieu, l’inter-associative qui organise chaque année la plus grosse pride de l’hexagone ne s’est pas laissée abattre.

A LIRE AUSSI : La Marche des Fiertés de Paris est officiellement reportée 

Pas d’invisibilisation

« Parce que la lutte contre les discriminations, les inégalités, et le besoin de revendiquer davantage de droits humains et de libertés fondamentales sont toujours présents, l’Inter-LGBT a souhaité maintenir cet événement militant annuel » peut-on lire dans un communiqué obtenu par TÊTU en exclusivité. Elle organisera donc la Marche des Fiertés de Paris le samedi 7 novembre prochain.

« La date a été décidé en fonction de plusieurs paramètres. D’une part la disponibilité des espaces, notamment la Place de la République, car une grande quantité d’événements se sont retrouvés repoussés à la rentrée, a expliqué a TÊTU l’Inter-LGBT. Le mois de septembre est déjà consacré à un autre événement en cours de préparation, qui viendra remplacer le Printemps des Assoces – reporté en raison de la pandémie. Le mois d’octobre est historiquement le mois où a lieu la marche ExistransInter, et il est impensable d’organiser la Marche à une date trop proche de cet événement,  pour éviter tout risque de l’invisibiliser. Finalement, la période de début novembre a été le meilleur compromis pour cette année particulière. »

Un parcours réduit

« Comme tous les ans, l’événement sera résolument politique, continue l’inter-associative. Il est probable, étant donnée le contexte sanitaire et les conditions climatiques de novembre, que cette année voit moins d’affluence, peut-être aussi moins de chars… C’est pour cette raison que nous avons raccourci le parcours cette année. Mais cela ne doit rien retirer à l’état d’esprit de l’événement »

La Marche débutera donc comme à son habitude à 14h, et partira du jardin du Luxembourg. Elle arrivera à la Place de la République, où le Grand Podium accueillera, de 17h à 23h, des discours de militants, d’hommes et de femmes politiques, de personnalités, ainsi que des concerts d’artistes pour assurer « un moment festif et culturel« . Un parcours toutefois réduit, pour « s’adapter aux conditions climatiques »

« Faire avancer les droits »

« Comme tous les ans, il est important de se réapproprier l’espace public pour continuer à réclamer des droits ! Il est indispensable de rappeler aux politiques qu’il est urgent de faire avancer les droits personnes LGBTQI+. Il est nécessaire de continuer à descendre dans la rue pour réclamer l’égalité de droits et de traitements, pour réclamer l’ouverture de la PMA à tou.te.s, la déjuridicisation du changement d’état civil pour les personnes trans, des mesures d’aides pour les personnes travailleuses du sexe, l’arrêt des mutilations des enfants intersexe, etc » a réagi l’association.

L’Inter-LGBT assure toutefois que la sécurité et la santé des participants est une « priorité absolue », et qu’un dispositif spécial « prévention Covid-19 » est en cours d’élaboration, en accord avec les consignes des organismes de santé publique. Un dispositif qui concernera autant les 300 bénévoles que les participants.  La Marche des Fiertés se fera-t-elle donc masquée ? Peut-être. En tout cas, elle « devra s’adapter dans sa préparation et son déroulement à la situation sanitaire et aux recommandations spécifiques qui seront dictées à cette période ». Toutefois, l’Inter-LGBT n’exclut pas un nouveau report, si la situation sanitaire l’oblige.  

Report ?

« Cette nouvelle date ne pourra se tenir que si les conditions sanitaires le permettent, assure-t-elle.  Comme tous les ans, nous mettons la sécurité des personnes en priorité lors de la préparation de l’événement et de son déroulement. Une annulation pure et simple de l’événement n’est malheureusement pas inévitable… Même si la situation semble s’améliorer ces derniers jours, nous restons très vigilant·e·s. Un deuxième report nous semble difficilement envisageable, notamment à l’approche du 1er décembre. »

Et pour le mot d’ordre, ce n’est toujours pas acté.  « Nous travaillons en parallèle sur le mot d’ordre de cette année, nous communiquerons dessus ultérieurement. Mais quelque soit le mot d’ordre, il est important de rappeler qu’il reste énormément de droits à obtenir et à faire reconnaître. Soyons dans la rue si les conditionnes de sécurité sanitaire le permettent  pour réclamer haut et fort des actes pour faire progresser les droits des personnes LGBTQI+! »

 

A LIRE AUSSI : A vos agendas : le 27 juin, TÊTU fait sa pride ! 

 

 

 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail