EuropeUn groupe djihadiste projetait un attentat contre la Pride d'Amsterdam

Par Timothée de Rauglaudre le 15/06/2020
amsterdam

Vendredi dernier avait lieu le procès de six hommes soupçonnés d'avoir planifié un attentat djihadiste en 2018 contre plusieurs cibles, dont la Marche des fiertés d'Amsterdam.

L'attaque aurait pu faire des dégâts conséquents. C'est une des plus grandes Marches des fiertés d'Europe, qui attire chaque année des dizaines de milliers de personnes. Vendredi 12 juin, six suspects ont été auditionnés à Rotterdam pour avoir planifié en août 2018 un attentat contre la Pride d'Amsterdam, ainsi que d'autres cibles d'importance, d'après l'AFP. Au cours de l'audition a été lue la déposition d'un témoin clé, policier infiltré qui a déclaré que le chef du réseau, connu sous le nom de Hardi N., avait prévu de s'en prendre au défilé LGBT+.

À LIRE AUSSI : Au Royaume-Uni, un djihadiste condamné pour avoir planifié un attentat contre la Pride

D'après cette déposition, Hardi N. aurait confié au policier infiltré qu'il avait rêvé que le prophète Mohammed lui avait ordonné de procéder à l'attaque contre la Pride et qu'il avait besoin de l'aide de personnes ayant des connaissances dans le domaine des armes. Âgé de 36 ans, le suspect voulait également viser une base militaire, tirer sur des soldats faisant de la course à pied et sur une boîte de nuit, a rapporté la télévision publique NOS.

Voiture piégée et gilet explosif

Pendant le procès, des images montrant les suspects brandissant des pistolets et des fusils d'assaut AK-47 dans un bungalow touristique et leur arrestation spectaculaire, en 2018, par la police antiterroriste ont été projetées. Hardi N. avait déjà été interpellé pour avoir prévu de se rendre en Syrie en 2014 pour rejoindre les rangs de Jabhat al-Nosra (à l'époque branche syrienne d'Al-Qaïda, avant de rompre en 2016 avec l'organisation djihadiste et de prendre le nom de Jabhat Fatah al-Sham). Il avait ensuite été relâché par la police.

À LIRE AUSSI : #JeSuisMila : une jeune lesbienne menacée de mort après une charge contre l’islam

Pendant l'audience, il a reconnu avoir une "vision du monde radicale" mais a nié toute appartenance à une organisation terroriste ou intention de commettre un attentat terroriste, selon les médias néerlandais : "Je voulais vivre dans un État islamique où je pourrais mettre en pratique ma foi." Un autre suspect, Waïl el A., affirme s'être rendu dans le bungalow pour rencontrer quelqu'un qui devait l'aider à partir en Syrie. Pourtant, un enregistrement atteste qu'il a parlé d'une voiture piégée et qu'il a essayé un des gilets explosifs fournis par les policiers infiltrés, se faisant passer pour des marchands d'armes.

 

Crédit photo : Tadeáš Bednarz/Wikimedia Commons