La Pologne finance une ville « sans LGBT » qui a perdu des subventions européennes

En Pologne, le ministre de la Justice a annoncé son soutien aux villes qui ont perdu des subventions européennes pour s'être déclarées "sans LGBT".

L'État polonais vient au secours des zones dites "sans LGBT". Le ministre de la Justice a annoncé ce mardi qu'une ville qui a perdu des financements européens après s'être déclarée "sans LGBT" obtiendra le soutien financier de la Pologne. La position du gouvernement conservateur est un pas supplémentaire dans l'escalade des tensions entre l'Union européenne et la Pologne au sujet des droits des personnes LGBT+.

"Nous soutenons les familles qui fonctionnent bien"

Depuis plusieurs années, le gouvernement d'Andrzej Duda entretient un climat LGBTphobe dans le pays. "Nous soutenons une municipalité qui a des ambitions pro-famille, qui promeut les familles qui fonctionnent bien (sic), et les combats contre l'idéologie LGBT et de genre, qui est encouragée par la Commission européenne", a déclaré le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro lors d'une conférence de presse. Début août, un autre ministre a déclaré que "c'est toute la Pologne qui devrait être une zone sans LGBT".

À LIRE AUSSI : « Zones sans-LGBT » en Pologne, l’ignominie doit cesser

La ville de Tuchow dans le sud de la Pologne va recevoir quelque 57.000 euros sur le budget du ministère de la Justice. Fin juillet, la Commission européenne a refusé le jumelage de cette ville après qu'elle a pris un arrêté rejetant "l'idéologie LGBT". Ce programme permettait à la ville de recevoir une subvention allant jusqu'à 25.000 euros. En tout, la commissaire européenne à l'Égalité a annoncé le refus de jumeler six villes qui se sont déclarées "sans LGBT".

100 municipalités polonaises se sont déclarées "sans LGBT"

"Nous cherchons à savoir s'il y a d'autres municipalités que celles mentionnées par la commissaire à l'Égalité. Si nous en trouvons, nous les aiderons", a poursuivi le ministre de la Justice. Depuis les élections européennes l'année dernière, environ 100 municipalités polonaises se sont déclarées "sans idéologie LGBT", elle couvrent près d'un tiers du pays. Les institutions européennes s'inquiètent même s'il semble que ces communes n'aient pas pris d'arrêtés pour discriminer directement les habitants LGBT+.

À LIRE AUSSI : Pologne, trois personnes arrêtées pour avoir hissé le drapeau arc-en-ciel sur une statue

Dans une tribune publiée cette semaine dans plusieurs journaux internationaux, dont Le Monde, des dizaines d'artistes et intellectuels ont dénoncé la multiplications des actes LGBTphobes en Pologne, et le laisser-faire du gouvernement. Margot, une activiste polonaise a été arrêtée par la police. Des manifestations ont opposé ses soutiens et des anti-LGBT ce week-end. Dans un communiqué, l'Onusida est dite "préoccupée par la persécution continue et croissante des personnes LGBTI en Pologne, y compris l’encouragement de ce que l’on appelle des 'zones exemptes d’idéologie LGBT' dans tout le pays au cours de l’année dernière et jusqu’à la récente répression croissante des défenseurs des droits humains exerçant leur droits de plaider pour la fin de la discrimination".

La France a condamné la politique polonaise

La France a condamné la politique discriminatoire de la Pologne. "Il y a (…) des zones en Pologne, parfois déclarées par des municipalités, dites ‘LGBT free’. Des commerces, des quartiers de centre-ville où l’ont dit que des gens en raison de leur orientation sexuelle ne sont pas les bienvenus. C’est évidemment scandaleux, effrayant et c’est au sein de l’Europe que cela se passe", a déclaré le secrétaire d'État aux affaires européennes Clément Beaune, après une question d'un militant d'Amnesty International. Lorsqu'il commentait le plan de relance européen, Emmanuel Macron déclarait "c'est simple, pas d'État de droit, zéro euro". Ça n'a pas été suivi d'effet.

À LIRE AUSSI : Pologne, pour célébrer la lutte contre les nazis, des nationalistes polonais brûlent un drapeau LGBT

 

Crédit photo : Flickr / Adam Guz


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail