facebook

Les Oscars changent les règles de la catégorie « Meilleur film » pour favoriser la diversité

Pour être éligible dans la catégorie Meilleur film, un long-métrage devra remplir certains critères, conçus pour garantir une meilleure inclusion des minorités.

Après la fameuse polémique autour des "Oscars so white", la cérémonie entend devenir plus inclusive. Comme le rapporte Variety, l'Académie des Oscars change les règles de sa catégorie Meilleur film avec l'ajout de nouveaux critères, lesquels seront mis en application dès 2024. Ces standards inédits veilleront à ce que les prétendants au titre de Meilleur film œuvrent pour une meilleure diversité, devant comme derrière la caméra.

Des standards précis

Concrètement, dès la 96ème édition des Oscars, quatre standards seront mis en place mais seulement deux devront être respectés pour qu'un film soit éligible dans la catégorie tant prisée.

Le premier standard renvoie à la diversité à l'écran et, afin d'être considéré, un long-métrage devra remplir (au moins) un de ces trois critères :

  • Un des rôles principaux ou un des rôles secondaires majeurs est confié à un groupe "racial" ou ethnique sous-représenté ;
  • Au moins 30% de tout le casting dans des rôles secondaires ou mineurs font partie d'au moins deux des groupes sous-représentés suivants, à savoir les femmes, les personnes provenant d'un groupe "racial" ou ethnique sous-représenté, les personnes LGBT+ et les personnes en situation de handicap ;
  • Le thème ou l'une des intrigues majeures du film tourne autour d'un des groupes sous-représentés évoques plus haut.

À LIRE AUSSI – 20 films queers qui finissent bien à voir… et à revoir

Le second standard concerne la diversité au sein de l'équipe de création et, là encore, un long-métrage éligible devra remplir (au moins) un de ces trois critères :

  • Au moins deux postes de direction ou de chefs de département – directeur de casting, directeur de la photographie, compositeur, costumier, réalisateur, monteur, coiffeur, maquilleur, producteur, chef décorateur, son, superviseur des effets spéciaux, scénariste – font partie d'un groupe sous-représenté. En prime, au moins un fait partie d'un groupe "racial" ou ethnique sous-représenté ;
  • Au moins six membres de l'équipe du film (sauf les assistants de production) font partie d'un groupe "racial" ou ethnique sous-représenté ;
  • Au moins 30% de l'équipe du film font partie d'un groupe sous-représenté (là encore, il est ici question des femmes, des personnes provenant d'un groupe "racial" ou ethnique sous-représenté, des personnes LGBT+ et des personnes en situation de handicap).

Le troisième standard veille à ce que des stages, des apprentissages ainsi que des possibilités de formation soient offerts aux personnes provenant des groupes sous-représentés suscités.

Le quatrième standard, quant à lui, s'assure que la diversité soit respectée dans les équipes de marketing, de publicité et de distribution du film.

Des changements de bon augure

Inattendues, ces modifications dans le règlement des Oscars sont bon signe pour l'avenir de la cérémonie et la représentation des minorités sociales. "Notre champ de vision doit s'élargir pour refléter la diversité de la population mondiale, aussi bien dans la création de films que dans les publics qui les regardent, ont déclaré David Rubin et Dawn Hudson, respectivement président et PDG de l'Académie des Oscars, dans un communiqué. L'Académie s'engage à jouer un rôle crucial et faire en sorte que cela devienne réalité".

Crédit photo : A24 Films


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail