Voici Kodo Nishimura, le moine bouddhiste queer qui représente la communauté LGBTQ+ du Japon

Moine bouddhiste et make-up artist, ce jeune Japonais parvient à concilier sa religion avec son identité queer.

Pour beaucoup, être moine bouddhiste et pro du maquillage sont deux données inconciliables. Kodo Nishimura est là pour prouver le contraire. À 31 ans, ce résident japonais maîtrise aussi bien ses prières que l'art du contouring. "Remettre en question ma propre identité m'a aidé à comprendre la douleur de nombreuses personnes, explique-t-il dans une interview pour le média nippon NHK. La liberté d'être soi-même et la compréhension de l'autre sont les clés d'une vie heureuse. Je veux que les gens autour du monde restent sincères envers eux-mêmes et se souviennent que tout le monde est égal".

Découverte de soi

Kodo Nishimura se rappelle d'une enfance loin des carcans hétéronormés, jouant avec les vêtements de sa mère et adorant les princesses Disney. Advient le moment où l'un de ses camarades de classe le qualifie de gay. "J'étais figé, comme en état de choc, évoque-t-il. Mon cœur était en miettes. Je ne savais plus comment me comporter en classe à partir de ce moment-là. Je n'avais aucun ami".

Diplôme en poche, Kodo Nishimura s'envole pour les États-Unis, intégrant la prestigieuse Parsons School of Design. C'est là-bas qu'il s'initie au maquillage et se découvre un talent presque inné pour la chose. Il collabore avec des magazines comme Nylon et travaille même sur d'énormes événements tels que la compétition Miss Univers. Puis, à 24 ans, il décide de rentrer au bercail. C'est là qu'il commence à se pencher sur une vocation tout autre que le make-up"J'étais inspiré par mon éducation et je voulais comprendre ce qu'était être moine et si c'était convenable pour moi", détaille-t-il à T Singapore.

Un entraînement rigoureux

Pendant deux années consécutives, il suit une formation très stricte. Kodo Nishimura apprend les doctrines bouddhistes, adopte un régime alimentaire végétarien et passe pas moins de cinq séjours de trois semaines dans des lieux reculés, coupé de toute forme de technologie. Il devient officiellement moine en 2015 et travaille ainsi aux côtés de son père, lui-même moine. Aujourd'hui, sa carrière monacale épouse parfaitement son métier de make-up artist. Mais surtout, il assume ouvertement son homosexualité.

À LIRE AUSSI – Le monde est enfin prêt pour le maquillage pour homme !

"Au début, je ne savais pas si ces professions étaient en contradiction mais j'ai le soutien des savants bouddhistes et des moines, reconnaît Kodo Yishimura. […] Être un make-up artist peut être opposition avec certains enseignements, mais les règles ont changé en même temps que la vie des moines qui ont évolué pour coexister avec les temps qui changent. La chose la plus importante pour moi, c'est d'être heureux et de partager mon bonheur. Tant que je fais ce qui me semble juste, avec la connaissance de mes mentors et la mienne, je pense que je réponds aux enseignements fondamentaux du bouddhisme : vivre heureux en harmonie avec les autres". Inspirant – et pour les plus curieux, son TED Talk l'est tout autant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

「私の生きる意味は『他の人を応援する』こと」 同性愛者の私は、好きな女性と子供を迎えることはできない。でも寂しいとは感じないの。 人を応援することが私にとっての幸せで、人の心が輝く瞬間は心から嬉しい!と感じます。 他人の幸せは私たちにはわからないし、幸せの形は無限にあるはず。 私は著書を通して皆さんに自分を自由にする言葉を届けたいです。 Being a homosexual person, I cannot fall in love with a woman and have children. However, I am not saddened at all. I find joy in helping others and seeing the sparks of confidence in others. I respect the countless forms of happiness. Follow your honest insticts. #正々堂々 #西村宏堂 #僧侶 #LGBTQ #makeup #makeupartist #buddhsim #kodonishimura photo by @masakisato_

Une publication partagée par Kodo Nishimura/ 西村宏堂 (@kodomakeup) le

 

Crédit photo : Masaki Sato / Kodo Nishimura via Instagram


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail