facebook

« Ils allaient me brûler… », la justice belge requiert six ans de prison après un traquenard lors d’un plan drague

L'agresseur présumé était accompagné de cinq complices. Ils s'en sont pris à un homme belge qu'ils ont séquestré et volé lors d'un plan drague.

Le tribunal a requis quatre à six ans de prison contre six prévenus. Ces six personnes sont poursuivies par la justice belge pour avoir enlevé, séquestré, volé et violenté un homme attiré dans un traquenard. Un an après les faits, la victime est toujours en état de choc.

200 euros, un téléphone et un GPS

Le 23 septembre 2019, l'homme s'est rendu près du lac du Grand Large à Mons. Il pensait y trouver un homme qu'il avait dragué sur internet. Mais son amant avait d'autres intentions. Il l'a emmené  dans une rue sombre où se trouvaient cinq complices. L'homme a alors été mis dans le coffre de sa propre voiture. Ses agresseurs lui ont volé sa carte bleue et tenté de retirer de l'argent à un distributeur automatique. Ils ont également menacé la victime de lui couper un doigt et de s'en prendre à sa famille s'il ne leur donnait pas accès à ses comptes.

À LIRE AUSSI - En Belgique, un groupe Telegram encourageait les agressions LGBTphobes

Après trois heures de supplices, les six agresseurs ont abandonné l'homme à quelques kilomètres. Le butin du larcin est mince : 200 euros, un téléphone et un GPS. En revanche, la victime souffre d'un stress post-traumatique important. Plus d'un an après les faits, il ne parvient toujours pas à reprendre le travail. "Ils allaient me brûler...", a-t-il dit lors de son audition, cité par La Province.

Six ans requis contre l'organisateur

Les six suspects sont cinq hommes et une femme. Ils ont été convoqués par le tribunal correctionnel de Mons qui connait déjà deux des prévenus pour avoir volé une voiture une semaine avant les faits, note L'Avenir. À l'audience, le procureur a insisté sur la violence dont les prévenus ont fait preuve et leur mépris à l'égard de la victime. Il a demandé six années de détention contre l'organisateur présumé. Mais aussi cinq années contre un second homme et quatre ans contre un couple. L'organisateur présumé est en état de récidive légale après une peine de deux ans en 2019, son avocat a plaidé un nouveau sursis.

À LIRE AUSSI - L’université de Louvain sanctionne les administrateurs d’un groupe Facebook d’étudiants pour des posts homophobes

Ce n'est pas la première fois que ce lac est le lieu d'une agression à caractère homophobe. En 2014, après avoir éconduit des femmes qui le draguaient, Sébastien, 31 ans a été passé à tabac par plusieurs hommes. À l'hôpital, cet homme a croisé... ses agresseurs, raconte Sud Info.

 

Crédit photo : Alexis Mette / Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail