News

La fabuleuse histoire du Piano Zinc, établissement pionnier du Marais

C’est l’histoire d’un bar gay pas tout à fait comme les autres. Quarante ans après son ouverture, plus de vingt ans après sa fermeture, celles et ceux qui fréquentaient le Piano Zinc, établissement emblématique du Marais dans les années 80 et 90, en parlent encore avec émotion.

Les plus jeunes d’entre vous ne connaissent probablement le Piano Zinc. Même de nom. Mais ceux et celles qui étaient à Paris dans les années 80 ont probablement franchi ses portes rouges au moins une fois. Et croisé le chemin de son fondateur et dirigeant, Jürgen Pletsch.  Après s’être installé à Paris dans les années 70 grâce au Bureau pour la jeunesse franco-allemande, cet allemand, architecte de formation part découvrir l’Amérique. A Atlanta il fréquente régulièrement un piano-bar. Et lorsqu’il pousse la chansonnette pour la première fois en public, c’est la révélation. Dès lors, il n’a qu’une envie: ouvrir un établissement similaire à Paris. 

A son retour en France, il trouve un local au 49, rue des blancs manteaux, dans le Marais, à Paris. A l’époque, le quartier n’est pas encore le centre de la vie LGBT qu’il deviendra plus tard. Les établissements gays sont plutôt du côté des Halles et de la rue Saint-Anne, près d’Opéra. Jürgen connaît Joël Leroux qui a ouvert les bars Le Village, rue du Plâtre, Le Duplex, rue Michel Le Comte et Maurice McGrath, qui a créé l’Hôtel Central rue Vieille du Temple. “Le marais, c’était un quartier avec des petits restos et des petits troquets, mais hétéros. Nous sommes devenus sans le vouloir pionniers de l’homosexualisation du Marais.”, se souvient Jürgen. 

...

Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail