facebook

Paris vote en faveur du tant attendu centre d’archives LGBTQI+

Le Conseil de Paris a voté à l'unanimité son soutien au centre d'archives LGBTQI+. Le Conseil demande à la mairie de trouver un local dans l'année, en concertation avec le collectif Archives LGBTQI+. Une victoire pour les militant·e·s.

Il a été voté à unanimité. Le Conseil de Paris a voté ce jeudi pour la mise en place d'un centre d'archives LGBTQI+. Le projet de ce centre d'archives reçoit un coup d'accélérateur politique alors que sa mise en place traîne depuis une vingtaine d'années. Comme à San Francisco ou à Berlin, ce centre d'archives s'inscrit dans "notre volonté de faire de Paris la capitale des fiertés LGBTQI+ dans l'inclusion", a indiqué Jean-Luc Romero-Michel adjoint à la maire en charge du dossier.

À LIRE AUSSI : Pour un Centre d’archives LGBTQI autonome digne de Paris capitale

Au total, deux voeux de soutien au projet ont été examinés : l'un de la part de l'exécutif et du groupe écolo et l'autre de la part de la droite de Rachida Dati et déposé par Aurélien Véron. "Ces vœux ne sont pas engageants, mais ils vont nous aider pour montrer qu'il y a une unanimité derrière ce projet pour aller vite", indique à TÊTU un proche de Jean-Luc Romero-Michel. L'idée du centre a ressurgi en 2017 après la sortie du film 120 battements par minute, de Robin Campillo, qui décrit les années sida et le militantisme parisien.

Un lieu avant la fin 2021

Ainsi, le Conseil de Paris exhorte la mairie d'"identifier un lieu adapté pour ce centre avant la fin de l'année 2021". Surtout, cette recherche doit être faite "en lien avec le Collectif Archives LGBTQI+". Ce collectif, qui se bat depuis des années pour ce projet, craignait d'être mis de côté dans la réalisation de ce centre d'archives.

À LIRE AUSSI : Des habitués racontent pourquoi ils ne veulent pas que le Tango ferme ses portes

"À la ville de Paris, en lien avec le Collectif Archives LGBTQI+ et les associations concernées, de déterminer par une convention les meilleures modalités de mise à disposition de ce local afin que le centre d’archives puisse voir le jour le plus rapidement possible sous gestion autonome", précise le vœux. Il demande aux services de la villes de se rapprocher de la région Île-de-France et du ministère de la Culture pour participer au financement du lieu.

Des débats entre la majorité et le collectif

Après avoir rappelé que la ville a doublé le montant des subventions aux associations communautaires, Jean-Luc Romero-Michel a déclaré travailler "chaque jour à porter fermement ce projet afin qu’il se concrétise rapidement". Le vote de ce vœux clôt une polémique attisée par la droite.

À LIRE AUSSI : À Paris, la droite réveille les querelles autour d’un futur centre d’archives LGBT+

Pas mécontent de faire monter la tension entre la majorité parisienne et les militant·e·s, Aurélien Véron, porte-parole de Choisir Paris, avait lui-même montré son soutien. Le conseiller de Paris proche de Rachida Dati avait demandé à la mairie de faire plus pour le projet. S'en sont suivies des disputes concernant la sincérité de cette demande émanant d'un groupe qui n'avait pas soutenu le projet lors des élections municipales. Quand bien même Aurélien Véron a lui-même milité pour le centre, lors de sa propre campagne.

À LIRE AUSSI : La ville de Paris rend hommage à Adrienne Monnier, libraire lesbienne de l’entre-deux guerres

Quoi qu'il en soit, à l'issue du vote ce jeudi, le Collectif s'est félicité. "Enfin ! Vote à l’unanimité au Conseil de Paris pour le projet de centre du Collectif Archives LGBTQI ! Merci à tou.s.tes". "Le centre d'archives NOUS tend les bras à toustes", a ajouté Sam Bourcier, membre du collectif.

 

Crédit photo : Wikimedia Commons / Zigsfy


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail