drapeau arc-en-cielEuro 2021 : face à la Hongrie, l'UEFA refuse d'illuminer le stade de Munich aux couleurs LGBTQ

Par tetu le 22/06/2021
Le stade de Munich ne sera pas aux couleurs de l'arc-en-ciel pour le match Allemagne-Hongrie

La municipalité de Munich avait demandé à l'UEFA, organisatrice de l'Euro 2021 de football, l'autorisation de parer son enceinte des couleurs arc-en-ciel, mercredi soir pour le match Allemagne-Hongrie, en solidarité avec la communauté LGBT+ hongroise victime d'une homophobie d'État.

C'est non. L’UEFA a opposé une fin de non-recevoir à la ville de Munich (en Bavière, dans le sud-est de l'Allemagne) qui avait demandé à l'instance organisatrice de l'Euro 2021 de football l’autorisation d’illuminer son stade, l'Allianz Arena, aux couleurs arc-en-ciel de la communauté LGBTQI+ ce mercredi 23 juin pour le match Allemagne-Hongrie.

LIRE AUSSI >> La Hongrie sombre dans l’homophobie d’État, l’UEFA bégaye et l’Europe peine à agir

Munich ajoutait ainsi sa voix à ceux qui, en Europe, condamnent la politique du Premier ministre Viktor Orban, alors que le Parlement hongrois a adopté la semaine dernière une loi homophobe sous le prétexte d'interdire la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs.

Munich insiste, suivie par Berlin et Cologne

Le maire SPD (social-démocrate) de la ville, Dieter Reiter, avait pourtant écrit en personne à l'UEFA pour lui soumettre une motion élaborée en conseil municipal et approuvée par tous les groupes politiques. "La capitale du Land [de Bavière] a pour valeurs la diversité, la tolérance et l’égalité dans le sport et dans toute la société", indiquait la motion, faisant valoir que l’illumination du stade se veut "un signe visible de solidarité avec la communauté LGBTI de Hongrie".

Après le refus de l'UEFA, la ville a annoncé ce mardi qu'elle pavoiserait tout de même, mercredi soir, plusieurs bâtiments aux couleurs LGBT. Pendant ce temps-là, Berlin et Cologne illumineront leurs propres stades aux couleurs refusées par l'UEFA à Munich, rapporte sur Twitter un journaliste de l'AFP basé en Hongrie.

Après Orlando, l'UEFA récidiviste

Sur le site change.org, une pétition en ligne soutenant le geste symbolique porté par la ville de Munich a dépassé les 150.000 signatures. Mais l'instance du foot européen, citée par franceinfo, argue que "de par ses statuts, l'UEFA est une organisation politiquement et religieusement neutre (…) Étant donné le contexte politique de cette demande – un message visant une décision prise par le Parlement national hongrois –, l'UEFA doit refuser cette requête".

LIRE AUSSI >> Le footballeur hongrois Peter Gulacsi défend les LGBT+

Fidèle à son engagement contre l'homophobie, Antoine Griezmann, joueur star du Barça et de l'équipe de France à l'Euro, a réagi sur Twitter en postant une photo du stade illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel avec un point levé.

L'UEFA a malgré tout proposé d'autres dates pour l'illumination du stade aux couleurs du rainbow flag : "Soit le 28 juin – le Christopher Street Liberation Day (Gay pride locale, NDLR) – soit entre le 3 et le 9 juillet qui correspond à la semaine du Christopher Street Day à Munich".

LIRE AUSSI >> Drapeau gay, lesbien, bi, trans, pan, aro… Tous les flag de nos Fiertés

Lors de l'Euro 2016 déjà, l'UEFA avait jugé "irréaliste" d'honorer la mémoire des victimes de l'attentat homophobe d'Orlando, avant finalement d'organiser une minute de silence plus large, "en mémoire de victimes de l'attentat d'Istanbul et des autres attaques qui se sont produites pendant le tournoi".

La Hongrie dans le sillage de la Russie

La semaine dernière, c'est une loi interdisant ce qu'elle appelle la "promotion" de l'homosexualité dans l'espace public qui a été adoptée par le parlement hongrois. "Cette proposition est un copier-coller de le loi 'anti-propagande homosexuelle' en Russie, signale Remy Bonny, directeur exécutif de Forbidden Colours, ONG de défense des droits LGBTQI+ en Europe. Elle interdit de parler de sujets LGBTQI+ dans tous les endroits où les enfants peuvent se trouver. Autrement dit, partout…".

LIRE AUSSI >> Hongrie : manifestation à Budapest contre le projet de loi homophobe

Ce mardi après l'annonce de la décision de l'UEFA, la Hongrie a salué, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto, "une bonne décision" : "Dieu merci, les dirigeants du football européen ont fait preuve de bon sens (...) en ne participant pas à ce qui aurait été une provocation politique envers la Hongrie". "C'est extrêmement nuisible et dangereux de mélanger sports et politique", avait déclaré la veille le ministre, cité par l'agence de presse MTI. "L'expérience historique montre que c'est une mauvaise chose et plus que quiconque, les Allemands le savent bien", avait-il ajouté, dans une fine allusion au passé nazi de l'Allemagne.

Le gouvernement du souverainiste Viktor Orban critique régulièrement ce qu'il appelle une "censure" dans les démocraties occidentales, qu'il taxe de "dictatures libérales", dénonçant une "culture de l'annulation" au nom d'un "politiquement correct" visant à faire taire ceux qui portent ses valeurs. Manifestement, pas à l'UEFA…

LIRE AUSSI >> Le joueur Carl Nassib fait son coming out gay, une première dans le football américain

Crédit photo : fcbayern/Instagram