facebook

L’Assemblée vote définitivement l’ouverture de la PMA aux lesbiennes et aux femmes seules

Vote de la PMA pour toutes en France

Enfin ! Promesse non-tenue de François Hollande reprise par Emmanuel Macron en 2017, la PMA pour toutes les femmes est enfin votée définitivement par l’Assemblée nationale, huit ans après avoir été annoncée. Ce mardi 29 juin, les députés ont voté le projet de loi bioéthique qui comprend cette mesure phare.

La France adopte l'extension de la procréation médicalement assistée. L'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules a été votée définitivement ce mardi 29 juin 2021 à l'Assemblée nationale, par 326 voix pour et 115 contre. 

Certes, le chemin n’est pas terminé. Un groupe parlementaire peut encore questionner la constitutionnalité de la loi et Les Républicains ont déjà annoncé qu'ils le feraient. Mais les ministères planchent déjà sur les décrets d’application. Objectif : que les premières grossesses puissent être initiées dès cet été, assurait Olivier Véran, le ministre de la Santé dans une interview a TÊTU.

La ministre en charge des sujets d'Égalité, Élisabeth Moreno, souligne quant à elle que "ce qui essentiel, maintenant, c’est que ces femmes dont l’horloge biologique tourne puissent avoir un enfant".

Encore des points de bataille

Et ce, quitte à ce que des limites apparaissent encore, qui nécessiteront d'autres batailles politiques : utilisation des ovocytes au sein du couple (ROPA), PMA pour les hommes trans, reconnaissance conjointe anticipée pour les couples hétéros... "Une autre loi est nécessaire, regrette auprès de TÊTU Bastien Lachaud, député LFI qui a porté le fer sur le texte, mais en faisant durer ce débat, cela contribuerait à augmenter l'homophobie".

LIRE AUSSI >> "Nous avons été des enfants désirés !" Les enfants de mères lesbiennes prennent la parole

"On se félicite que cette loi soit enfin votée après toutes ces années de tergiversations et d'allers-retours", disait à TÊTU Véronique Cerasoli, qui s'occupe du sujet de la PMA au sein de SOS homophobie, croisée samedi à la Marche des fiertés de Paris.

> Olivier Véran dans TÊTU :
« Les enfants nés de GPA ne sont pas malheureux »

L'Association de défense des familles homoparentales (ADFH) salue quant à elle "les belles avancées contenues dans le projet de loi". Outre l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, le texte contient l'accès aux origines, à leur majorité, pour les personnes issues d'un don. Les enfants concernés pourront en effet demander à leur donneur s'il accepte de communiquer son identité. "Il est temps de le dire : recourir au don n’a rien de honteux ! Au contraire, c’est une façon parfaitement légitime et belle de fonder une famille", pointe l'ADFH.

Une adhésion forte à la PMA en France

La PMA pour toutes les femmes est un sujet de consensus attendu de longue date. Un récent sondage Ifop pour l'ADFH montrait que 67% des électeurs sont favorables à l'élargissement de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Le sujet s'est imposé, puisqu'au moment du mariage pour tous (en 2013, la PMA devait être incluse dans le texte), les Français n'étaient que 47% à y être favorables.

"L'adhésion des Français est à un niveau historiquement haut. Les sympathisants de tous les partis sauf Les Républicains sont favorables. Même les catholiques pratiquants adhèrent à la PMA pour toutes !", se félicitait Alexandre Urwicz, président de l'ADFH, auprès de TÊTU. Eh bien, ce fut long, mais c'est chose faite.

LIRE AUSSI >> PMA, adoption, GPA… Interview d'Élisabeth Moreno, ministre de l'Égalité


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail