Assemblée nationaleLoi PMA pour toutes : les Français n'y ont jamais été aussi favorables

Par Nicolas Scheffer le 07/06/2021
pma pour toutes

Alors que la loi en ce sens arrive dans sa phase finale en France, un sondage de l'Association de défense des familles homoparentales montre un soutien massif des Français à la PMA pour toutes les femmes, qu'ils soient de droite, de gauche, religieux ou non...

Les parlementaires entament le sprint final. Le projet de loi bioéthique, qui contient l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, revient à l'Assemblée nationale ce lundi 7 juin, où il est discuté en commission. Une promesse de longue date qui devra ensuite à nouveau passer au Sénat puis revenir à l'Assemblée avant d'être promulguée. En attendant, selon un sondage Ifop rendu public ce lundi, 67% des Français sont favorables à l'élargissement de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules.

LIRE AUSSI >> PMA pour toutes : le calendrier du projet de loi

"L'adhésion des Français est à un niveau historiquement haut. Les sympathisants de tous les partis sauf Les Républicains sont favorables. Même les catholiques pratiquants adhèrent à la PMA pour toutes !", se félicite Alexandre Urwicz, président de l'Association de défense des familles homoparentales (ADFH). En 2013, au moment du mariage pour tous, les Français n'étaient qu'à 47% favorables à la PMA pour toutes.

"La PMA est un point de convergence"

Dans le détail du sondage Ifop, les catholiques sont ceux qui ont le plus évolué sur la question. Entre 2014 et aujourd'hui, 15% de plus sont favorables à la réforme, notamment les catholiques pratiquants (+12 points). Au total, 61% des catholiques approuvent désormais la réforme. La PMA pour toutes a en particulier la faveur des jeunes, qui sont 84% à y adhérer (+23 points par rapport à 2014). Chez les ouvriers et les employés, c'est carton plein : la mesure recueille 78% et 79% d'opinions favorables. "Ces chiffres montrent que la Manif pour tous n'est plus du tout représentatif des catholiques pratiquants et que l'homoparentalité est généralement acceptée au sein de la société", analyse le président de l'ADFH.

LIRE AUSSI >> Ce que les reports successifs de la PMA pour toutes provoquent dans la vie des femmes

"La PMA est un point de convergence. Comme sur de nombreux sujets de société, les politiques sont en retard par rapport à la société", remarque encore Alexandre Urwicz, pointant les nombreux retards prix par cette réforme, promise sous François Hollande puis repoussée, avant d'être reprise par le candidat Emmanuel Macron. Après sa victoire à la présidentielle, la réforme a été promise pour 2018, puis 2019, ensuite 2020, et nous voilà en 2021… "Le premier bébé né par PMA d'un couple de femmes ou d'une femme seule naîtra avant la fin du mandat, c'est possible", nous assurait le ministre de la Santé, Olivier Véran, début mai.

La gauche favorable à la GPA

Les Français sont également favorables à une autre réforme, celle dont on ne doit pas prononcer le nom sous peine de réveiller la Manif pour tous – et qui n'est pas incluse dans le projet de loi bioéthique ouvrant la PMA : la GPA. Quelque 66% des Français sont favorables à la gestation pour autrui pour les couples hétérosexuels et 53% y sont favorables pour les couples homosexuels. Pour ce dernier point des couples homos, le soutien progresse également, puisqu'il était de 41% en 2014.

LIRE AUSSI >> Elles ont décidé de faire une PMA sans attendre la loi

"C'est un sujet qui unit la gauche", souffle le président de l'ADFH. Lorsqu'on regarde de près les graphiques, on remarque que 65% des sympathisants de La France insoumise (LFI) sont favorables à l'ouverture de la GPA, 58% des sympathisants socialistes, 64% des écologistes et 60% de La République en marche (LREM). À droite, 45% des sympathisants du Rassemblement national (RN) y sont favorables, contre 27% des Républicains (LR).

LIRE AUSSI >> « Nous avons été des enfants désirés ! » Les enfants de mères lesbiennes prennent la parole

Parmi les politiques, peu sont celles et ceux qui ont pour l'heure osé se prononcer en faveur de la GPA. Gabriel Attal, le porte-parole gay du gouvernement, a dit qu'il était favorable à une GPA dite "éthique". Élisabeth Moreno, au ministère de l'Égalité, également, "à titre personnel". Chez EELV, Yannick Jadot a annoncé à TÊTU vouloir ouvrir le débat durant la campagne pour la présidentielle 2022. Nous y sommes.

LIRE AUSSI >> PMA, adoption, GPA… Interview d'Élisabeth Moreno, ministre de l'Égalité

Crédit photo : Bence Halmosi/Unsplash