facebook

Homophobie d’État en Hongrie & Pologne : l’Europe doit se réveiller, et la France l’y pousser

La France prend le 1er janvier 2022 la présidence tournante de l’Union européenne

Alors qu'Emmanuel Macron doit assumer pour la France la présidence tournante de l’Union européenne à partir du 1er janvier prochain, il n'échappera pas au dossier chaud du moment : le recul en Hongrie et en Pologne, sous la poussée de gouvernements réactionnaires et LGBTphobes, de l'État de droit au sein même de l'UE.

>> Article et dossier à lire dans notre numéro d'automne actuellement en kiosques

Viktor Orbán vient peut-être de réveiller l’Europe. En faisant voter, au seuil de l’été, son mauvais délire de loi LGBTphobe, le Premier ministre hongrois n’imaginait sans doute pas susciter plus de réactions qu’avec ses précédentes lois réactionnaires. C’était compter sans le coup de projecteur offert par l’UEFA, qui a interdit à Munich de protester contre le projet de loi hongrois en illuminant son stade aux couleurs de l’arc-en-ciel lors de l’Euro de football. L’indignation publique a poussé les dirigeants européens à réagir plus fort. Aujourd’hui, le secrétaire d’État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, le reconnaît auprès de TÊTU : "Le logiciel a changé, l’État de droit sera le sujet européen des années à venir." Cela tombe bien : la France prend le 1er janvier 2022 la présidence tournante de l’Union européenne (UE) pour six mois....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail