mondeLa France remonte dans le classement des pays les plus LGBT-friendly d'Europe

Par Nicolas Scheffer le 12/05/2022
Parlement européen de Bruxelles

L'Ilga se félicite dans son rapport 2022 d'une "nouvelle dynamique" en Europe, notamment au Danemark mais doit constater également des reculs en Pologne, Hongrie, Roumanie.

La France fait du yoyo dans le classement Ilga-Europe. Dans le rapport 2022 rendu public ce jeudi 12 mai, nous voilà à la septième place – entre la Suède et le Montenegro – de cet index qui recense 49 pays en Europe. L'année dernière, la France était passée de la 4e à la 13e place, derrière le Monténégro et les Pays-Bas. Pour réaliser cet index, l'association LGBTQI+ se base sur quelque 70 critères, passant en revue les législations contre les discriminations, l'autorisation du mariage, de l'auto-détermination de genre... La France remplit cette année 64% des critères.

À lire aussi : Autodétermination, GPA… Entretien avec Sven Lehmann, ministre Queer en Allemagne

Cette remontada n'est pas étonnante puisqu'à la veille de sa réélection, Emmanuel Macron a fait avancer les droits LGBTQI+ en interdisant notamment les "thérapies" de conversion, en ouvrant enfin la PMA à toutes les femmes, ou en ouvrant le don du sang aux homosexuels sans délai d'abstinence. Malgré ces avancées législatives, reste à savoir si la France pourra rester dans le top 10 hors période électorale. Car le président réélu Emmanuel Macron a soufflé le chaud et le froid pendant la campagne, notamment à propos de la sensibilisation des élèves aux LGBTphobies et de la lutte contre le harcèlement scolaire.

Ilga-Europe,Europe,LGBT,pays LGBT,pays lgbt-friendly,pays gay friendly
Ilga-Europe

Une "nouvelle dynamique" en Europe

Globalement, Ilga-Europe observe "une nouvelle dynamique" dans l'avancée des droits LGBTQI+ en Europe. "C'est encourageant de voir que plusieurs gouvernements ont choisi cette année de mettre en place une véritable politique pour progresser vers l'égalité LGBTI", indique dans un communiqué transmis à têtu· Evelyne Paradis, directrice exécutive de l'association. Si Malte détient toujours la première place du classement, le Danemark s'est hissé de la septième à la seconde place. L'Ilga applaudit le pays pour avoir "pris les devants en Europe" dans sa législation anti-discrimination. Une loi, adoptée en décembre dernier et entrée en application au 1er janvier, introduit notamment une interdiction ferme des discriminations fondées sur l'identité ou l'expression de genre.

Malheureusement, l'association doit constater également des reculs. Le Royaume-Uni est passé de la 10e à la 14e place, en raison d'une campagne anti-trans alimentée par le gouvernement. Le pays peine par ailleurs à adopter une réforme de la transition à l'état civil et à interdire les "thérapies de conversion" pour les personnes trans. En 30e position, la Hongrie a perdu trois places en raison de l'adoption d'une loi interdisant toute représentation positive des personnes LGBTQI+ auprès des mineurs. La Bulgarie et la Roumanie sont également très mal classées, notamment en raison de l'interdiction des Marches des Fiertés en Roumanie, qui a aussi adopté en première lecture une loi "anti-propagande" LGBTQI+.

Sur la dernière marche des pays de l'Union, la Pologne poursuit sa croisade anti-LGBTQI+. Si la justice a obligé certaines localités à retirer leur charte "anti-LGBT", l'exécutif au pouvoir continue d'adopter des projets de loi LGBTphobes. Ainsi, une réforme de l'Éducation a été engagée pour donner un pouvoir discrétionnaire aux écoles pour sanctionner les enseignants qui soutiendraient des élèves LGBTQI+ ou qui aborderaient en classe la lutte contre la discrimination.

À lire aussi : LGBTQI+ en Ukraine : "On est à la limite de la catastrophe humanitaire"

Crédit photo : Commission européenne / Claudio Centonze