Abo

La lingerie, nouvelle coqueluche du jour et de la nuit

Par Yannick Barbe le 06/08/2022
lingerie,homme,mode,clubbing,lgbt

De la couleur, des paillettes et de la dentelle : voilà ce qu’il faut pour bousculer la masculinité toxique. Dans les club, on enfile des strings, des bodys et des crop-tops, parce qu’un homme sera toujours plus beau en déshabillé.

“Quand tu marches dans la rue avec un string sous tes vêtements, tu sais que tu gardes un petit secret, nous confie, amusé, l’ancien acteur X François Sagat, grand fan de cet accessoire minimaliste, qu’il soit en coton, en Lycra ou en dentelle. Tu es conscient que tu as une petite fantaisie. Les autres ne le savent pas, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver…” Force est de constater que le “petit secret” est en passe de devenir un phénomène de société, dépassant le seul cadre de la mode. En avril, même le très sérieux New York Times s’est fendu d’une enquête : la lingerie dite féminine fait un carton chez les hommes, hétéros comme homos.

À lire aussi : Ces marques underwear qui réinventent le sous-vêtement masculin

Lingerie sociale et politique

“On joue toujours lorsqu’on s’habille : c’est un jeu social, politique, explique Alexandre Samson, responsable des départements haute couture et mode contemporaine du palais Galliera, le musée de la Mode de la ville de Paris. Mais le sous-vêtement féminin est-il d’apparat, d’image – en gros pour Grindr et Instagram –, ou est-il pratique ?” Et de naviguer entre l’intime et le public, entre les fantasmes que l’on garde pour soi, ceux que l’on partage dans des lieux de sexe et de convivialité, et les différentes mises en scène de nos personnalités affichées seulement sur les réseaux sociaux. Sébastien, 44 ans, fait un lien entre son trip dentelle et son “côté exhib’”. “Ce qui me plaît avec la dentelle, c’est que tout est à la fois caché mais visible, raconte-t-il. Je montre mes fesses sans les mettre à nu. À la dernière Garçon sauvage (soirée électro-queer lyonnaise), j’étais habillé tout en dentelle, et l’on m’a félicité pour mes escarpins de 12 cm. ” Mais Sébastien, plutôt fétichiste des porte-chaussettes et des cravates, n’envisage pas d’intégrer la lingerie à ses plans cul. ...