Abo

magazineCliché or not cliché, pourquoi les lesbiennes emménagent-elles si vite ?

Par Tessa Lanney le 26/04/2023
Les lesbiennes emménagent vite ensemble, et nous avons tenté de comprendre pourquoi !

[Article à retrouver dans le magazine têtu· en kiosques] Souvent objet de plaisanterie, la tendance des lesbiennes à emménager rapidement ensemble n'est pas aussi exagérée qu'il n'y paraît. Témoignages.

“Qu’amène une lesbienne lors du deuxième ­re­ndez-vous ? Ses valises !” Cette blague, bien connue, détient une grande part de vérité. Pour preuve, ça n’a étonné personne dans votre cercle lesbien quand votre copine Alice a annoncé qu’elle emménageait avec Claire deux mois après leur premier date Tinder. “Un soir, Cécile m’a invitée pour un apéro avec des amis. Eux sont repartis, moi jamais, s’amuse Ambre. Elle m’a juste donné un double de ses clés et ça s’est fait comme ça, sans même verbaliser les choses.” Les deux s’étaient rencontrées en militant pour le mariage pour tous, en 2012. “On voulait profiter de cette relation le plus possible, sans se poser trop de questions”, confie Ambre. 

À lire aussi : Découvrez le sommaire du têtu· du printemps

Mais pourquoi ressentons-nous autant le besoin pressant de s’installer ensemble ? Tout porte à croire que le phénomène est international : les lesbiennes américaines s’en amusent aussi et ont un surnom pour ça, les “U-Haul lesbians”, un jeu de mots sur le nom d’une entreprise de déménagement (comme Les Déménageurs bretons). Laurianne avait 21 ans lorsqu’elle a emménagé avec sa copine, de trois ans son aînée. “Ça s’est fait sans vraiment de discussions. Mais comme elle est Ukrainienne, on a pensé : « Si tu restes en France pour nous, ce n’est pas la peine de louer un appartement, autant vivre ensemble. » C’était la meilleure option pour notre couple”, explique-t-elle quatre ans plus tard. À Paris, elles vivent dans 30 m2, sont l’une sur l’autre en permanence, et la situation leur sied parfaitement. “J’ai aussi emménagé rapidement avec mes précédentes copines, sans pression, parce qu’on se sentait bien. Ça allait de soi finalement. Ça permet de se voir, d’être ensemble tout le temps et de pouvoir profiter de l’autre, se souvient Laurianne. Même avec de simples crush, la connexion se faisait très vite, un peu trop peut-être, puisqu’on commençait à vivre en couple tout en se connaissant finalement assez mal.”...