La 21ème conférence internationale sur le sida s'ouvre à Durban
Actualité

La 21ème conférence internationale sur le sida s'ouvre à Durban


La 21ème conférence internationale sur le sida s’est ouverte aujourd’hui à Durban. L’occasion d’insister sur la prévention et d’appeler à l’égalité des soins.

La conférence internationale sur le sida est le plus grand rassemblement mondial de spécialistes – qu’ils soient scientifiques, associatifs ou politiques – autour de la question du VIH/sida. Organisée par l’International Aids Society (IAS) tous les deux ans dans une ville différente, la conférence réunit entre 15 000 et 20 000 acteurs de la lutte contre la maladie. Cette année, cette 21ème édition aura lieu à Durban en Afrique du Sud. C’est la deuxième fois que la ville sud-africaine accueille la conférence puisqu’elle était déjà ville-hôte en 2000.

Tout un symbole quand on sait que l’Afrique du Sud est l’un des pays les plus touchés par l’épidémie du sida et lorsqu’on connaît les progrès qu’elle a réalisés ces dernières années. En seize ans, l’Afrique du Sud est passé de 640 000 à 380 000 nouveaux cas par an. En cinq ans, les nouvelles contaminations des enfants de moins de 15 ans sont passées de 290 000 à 150 000 par an. Le professeur Jean-Francois Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) souligne que :

En Afrique du Sud et dans d’autres pays, il y avait la négation même du sida, aujourd’hui l’Afrique du Sud est devenu le pays phare pour la lutte contre le sida, tant au niveau des moyens que de la recherche qui est très avancée.

Si de nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années, la tâche reste immense. En 2015, 36,7 millions de personnes dans le monde étaient infectées par le VIH et plus de 3 000 personnes mourraient chaque jour du sida. Afin d’aboutir à la fin de l’épidémie en 2030, ONUSIDA a mis en place il y a deux ans la cible 90 – 90 – 90 pour l’horizon 2020. Cette cible signifie que d’ici 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH et dépistées reçoivent un traitement antirétroviral durable, et que 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral aient une charge virale durablement supprimée. Des objectifs portés par le stand France qui portera la voix tricolore lors de la conférence.

Le Crips coordonne le stand France

Le Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes (Crips) représentera la France à la conférence internationale sur le sida de Durban. Le Crips joue un rôle majeur en région Île-de-France tant au niveau de la prévention globale des comportements à risque – notamment auprès des jeunes – que dans la lutte contre le VIH/sida. Du fait de cette expertise, le Crips sera en charge, comme depuis de nombreuses années, de coordonner le stand France lors de la conférence. Pour l’occasion cette dernière sera élargie afin de créer un véritable « Espace francophone » comme nous l’explique Jean Spiri, son président :

Cette année, nous avons décidé d’élargir les choses avec la création d’un véritable « Espace francophone ». Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il nous semble que les pays francophones ne sont pas que liés par la même langue mais aussi par des valeurs communes. C’est une communauté d’actions et de ripostes au VIH/sida que nous voulons montrer, un front uni !

Le stand France sera donc « un lieu riche en débat afin de connaître les dernières innovations, les bonnes pratiques, et avec comme objectif général le renforcement de la réponse mondiale face au sida ». Ce sera également l’occasion de faire « des rencontres, de lier des partenariats et ainsi de bénéficier des expériences menées dans d’autres régions et villes du monde afin de construire notre stratégie ‘Pour une Île-de-France sans sida' », souligne Jean Spiri.

« Access equity rights now »

Pour le président du Crips, les enjeux principaux de cette conférence internationale contre le sida sont à trouver dans le mot d’ordre du rassemblement : « Access equity rights now » (« Accès à l’égalité des droits maintenant »). Ce mot d’ordre renvoie à tous les volets de la lutte, que ce soit le droit aux traitements, le droit à la prévention, le droit à l’égalité devant la loi – comme combattre les discriminations à l’encontre des personnes LGBT, des migrants, des travailleurs du sexe… car elles nuisent à l’efficacité de la lutte contre le VIH/sida – ou encore le droit à dire sa séropositivité sans être stigmatisé…

Enfin, Jean Spiri rappelle « la nécessité de mettre en lumière des réalités dont on ne parle pas assez comme le développement de l’épidémie dans les pays de l’Est – notamment en Russie – afin de faire pression sur ces États et d’infléchir leur politique vis-à-vis du VIH/sida ».

Pour en savoir plus sur la conférence internationale sur le sida Durban 2016, vous pouvez suivre le compte Twitter @DURBAN2016 ou vous rendre sur le site dédié de la présence française : espacefrancophoneaids2016.fr.

Pour en savoir plus :






Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

ads