Comment Hidalgo compte faire de Paris la capitale mondiale LGBTQI-friendly
Actualité

Comment Hidalgo compte faire de Paris la capitale mondiale LGBTQI-friendly


52 recommandations ont été adressées à Anne Hidalgo, mardi 13 juin. Autant de mesures qui visent à redorer l’image de tolérance de la ville à l’approche des Gays Games en 2018.

“Promouvoir le vivre ensemble qui est le nôtre dans une ville qui est très tolérante”. Tel est le message que souhaite diffuser la maire de Paris au monde entier. Mardi 13 juin, alors que lui a été remis le rapport “Paris, ville phare de l’inclusion et de la diversité”, Anne Hidalgo a martelé sa volonté de faire de la ville qu’elle dirige la capitale mondiale des droits LGBTI d’ici au mois d’août 2018, mois au cours duquel Paris va accueillir la dixième édition des Gay Games. 

Après avoir auditionné les différents acteurs concernés, Jean-Luc Romero-Michel, conseiller régional d’Île-de-France et président d’Élus locaux contre le sida (ELCS), a formulé plus d’une cinquantaine de propositions, touchant aussi bien le domaine du Tourisme que de la Nuit, pour élever Paris en tant que capitale mondiale LGBTI-friendly. L’élu parisien est parti d’un constat : en terme de visibilité LGBTI, Paris n’est pas à la hauteur quand on la compare à des villes comme Madrid, San Francisco, Sydney, Montréal ou encore Tel Aviv :

Il y a une offre extraordinaire mais elle n’est pas connue. Les gens se disent que la nuit parisienne et notamment la nuit gay est morte alors qu’en fait, elle est différente d’avant. Avant on avait des grands établissements, comme le Queen par exemple, qui étaient assez symboliques. Tout cela a plus ou moins disparu. Mais on a aujourd’hui une offre extraordinaire, il faut qu’on la fasse connaître. Si on est étranger et qu’on arrive à Paris, si on veut aller dans un certain type de soirée, c’est l’information qui reste encore difficile à avoir.

Pour remédier à ce manque d’information relatif aux possibilités offertes aux personnes LGBTQI, Jean-Luc Romero-Michel a formulé de nombreuses recommandations et notamment la création d’une base de données bilingue pour “promouvoir l’offre parisienne” mais aussi d’améliorer la communication autour de ces événements.

Anne Hidalgo Jean-Luc Romero-Michel

Crédit : Yannick Le Marre / Têtu

Une remise de prix à l’occasion de l’IDAHOT

Renforcer la participation financière de la ville à la Marche des Fiertés, piétonniser le Marais après la Marche, lancer une étude sur le tourisme LGBTQI, rassembler les professionnels du tourisme et les organisateurs d’événements LGBTQI, œuvrer pour une meilleure identification du Marais comme le quartier LGBTQI de la capitale… Les recommandations pour tenir l’objectif ne manquent dans ce rapport et Anne Hidalgo a fait part de son intention d’en appliquer l’essentiel. Mais l’une d’elles a particulièrement retenu son attention, celle de remettre un prix à des personnalités engagées dans la défense des droits LGBTI chaque 17 mai, date de la journée mondiale de lutte contre les LGBTphobies. “Le fait que nous allons créer un prix qui sera attribué chaque 17 mai à des associations ou des personnalités qui défendent les droits des LGBTI dans le monde constitue un élément très fondateur”, a confié l’élue parisienne à Têtu.

Particulièrement attentive à cette recommandation, la maire de Paris n’a pas attendu le 17 mai 2018 pour honorer son engagement. Anne Hidalgo a en effet remis, le jour même de la remise du rapport, la médaille de la Ville de Paris à deux associations : Shams, qui lutte pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie, et l’ARDHIS, qui accompagne les réfugié-e-s LGBTI.

“C’est un symbole envoyé au monde, s’est félicité Jean-Luc Romero-Michel auprès de Têtu. Si on veut redevenir cette capitale où les touristes viennent pour faire la fête, il faut donner un signal fort, et ce signal fort c’est notre essence à nous, c’est les droits humains. À partir du 17 mai, tous les ans, il y aura cette remise de prix. Ça va être quelque chose de très fort, aucune capitale ne fait ça”

 

Consultez le rapport de Jean-Luc Romero-Michel et les 52 recommandations qu’il a formulées pour faire de Paris la capitale mondiale des droits LGBTQI.

ads