Affaires Jeremstar et
Actualité

Affaires Jeremstar et "Babybel" : 5 questions pour démêler les faits des rumeurs


Difficile de s’y retrouver dans l’affaire qui mêle le spécialiste en télé-réalité et chroniqueur gay Jeremstar, et son ami Pascal Cardonna, connu sur les réseaux sociaux comme « Babybel ». TÊTU résume les faits – et non pas les rumeurs qui s’y sont greffées – afin de vous aider à faire le tri.

Entre tweets vengeurs et accusations diverses, violation de l’intimité, accusation de pédophilie, recherche de notoriété… on n’est plus à un détail scabreux près dans ce scandale qui a éclaté la semaine dernière. En 5 questions, on fait le point.

 

Qui est Jeremstar ?

Jerémy Gisclon alias Jeremstar est devenu célèbre en intervenant en sous-vêtements et parfois nu dans des émissions de télé, en faisant des strip-tease en soirées gay, puis en devenant journaliste spécialisé dans la télé-réalité. Il en reçoit régulièrement les candidat.e.s dans une baignoire et poste ces entrevues sur YouTube, lesquelles atteignent parfois le million de vues. Il est également devenu « l’idole des jeunes » grâce à l’application Snapchat où plus de 2 millions de personnes le suivent. C’est le compte le plus suivi en France, une télé-réalité sur smartphone qui donne à voir ses « aventures », entouré d’amis qu’il martyrise le plus souvent. Son deuxième livre, Ma biographie officielle (Hugo éd.) parue en octobre 2017, a été réimprimé après que les 40 000 premiers exemplaires se sont écoulés en 24 heures, détaillait Challenges. Au même moment, il rejoignait sur C8 l’émission Les terriens du dimanche de Thierry Ardisson où il est chroniqueur.

 

Y a-t-il une « affaire Jeremstar » ?

Tout a commencé mi-janvier. Le blogueur Aqababe, vexé que Jeremstar ait récupéré à son compte un scoop lié à un couple de télé-réalité, diffuse une vidéo dans laquelle Jeremstar apparaît en train de se masturber. Ce dernier semble plus jeune, la vidéo serait donc ancienne. Rien ne précise d’où elle provient. L’« affaire Jeremstar » s’arrête là pour le moment : le chroniqueur semble être victime d’une violation de son intimité et porte plainte contre Aqababe qu’il qualifie de « cyber-harceleur ». Le 17 janvier le parquet de Paris ouvre une enquête pour « atteinte à l’intimité de la vie privée ». En parallèle, Jeremstar se met en retrait de l’émission Les terriens du dimanche.

Mais il y a plus : le blogueur Aqababe a également publié des extraits de conversations privées relayant de graves accusations contre Pascal Cardonna dit Babybel, un ami proche de Jeremstar, que les réseaux sociaux ont vite fait d’associer à une affaire de détournement de mineur. C’est là que commence l’affaire que certains qualifient de #JeremstarGate bien qu’aucune plainte n’aie à ce jour été déposée contre lui pour complicité. Des internautes l’accusent – sans avoir encore transmis de preuves à la Justice – d’utiliser sa notoriété auprès des adolescents mineurs et de servir d’appât pour son ami Pascal Cardonna. Jeremstar a déposé trois autres plaintes auprès du Parquet de Paris pour dénonciation calomnieuse et diffamation. Elles ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Dans un communiqué, il explique :

Je peux d’ores et déjà dire avec la plus grande fermeté que je n’ai jamais accepté et n’accepterai jamais que quiconque se prévale d’une quelconque proximité avec moi pour obtenir quoi que ce soit. […] D’une manière générale, l’idée que des jeunes gens, parce qu’ils ont de l’affection pour mon personnage public, puissent se trouver confrontés à des actes de prédation sexuelle m’horrifie.

 

Qui est « Babybel » ?

Pascal Cardonna, quinquagénaire suivi par des dizaines de milliers de personnes sur Instagram, participe régulièrement aux vidéos du blogueur Jeremstar sous le pseudo de Babybel. Sur le site internet de France Bleu, Pascal Cardonna raconte avoir débuté sa carrière d’animateur chez Radio France Bordeaux Gironde en 1988. Sur sa fiche LinkedIn, il mentionne avoir participé à la création du « réseau Fun Radio dans le sud de la France » avant de quitter Fun Radio en 1990. Il est aujourd’hui responsable des contenus numériques chez France Bleu.

 

De quoi est il accusé ?

Deux jeunes hommes ont à ce jour porté plainte contre Pascal Cardonna. C’est ce que des twittos appellent le #BabybelGate.

Annoir, un étudiant en droit de 18 ans, a porté plainte contre Pascal Cardonna à Nîmes pour viol aggravé sur mineur et corruption de mineur. Il avait 17 ans au moment des faits qu’il dénonce et il affirme détenir des preuves de ce qu’il aurait subi, sous forme de vidéos et de photos. « Ce n’était pas la première soirée chez lui. J’étais fan de Jeremstar, j’étais émerveillé. Quand on a 15-16 ans et qu’on peut rencontre son idole… On s’est tous faits avoir », a raconté Annoir à France Bleu Hérault.

L’Obs aussi a discuté avec le jeune homme :

Je ne sais pas ce qui s’est passé, je me suis réveillé dans sa chambre, il était en train de me faire une fellation. Je me suis défendu, je suis parti, en état de choc. Il était 4 heures du matin, j’ai marché le long de la route jusqu’à la gare de Nîmes. J’ai attendu le premier train en chialant.

Il dit également recevoir de nombreux témoignages d’autres victimes depuis qu’il a parlé publiquement, et son avocat, Me Benamghar, affirme avoir aujourd’hui six autres dossiers sous le coude.

Libération se fait l’écho d’une deuxième accusation : un jeune homme nommé Jason a déclaré qu’il déposerait plainte auprès du parquet de Nîmes contre Pascal Cardonna. Il a affirmé au journaliste qu’il avait 14 ans lors de sa première rencontre avec « Babybel », en 2011. Il aurait eu avec lui une relation sexuelle dont il dit qu’elle était « rémunérée ». Quand Libération lui demande s’il était consentant, il répond « oui, si tant est qu’on puisse être consentant à 14 ans ».

Si les rapports homosexuels entre personnes majeures (la majorité sexuelle est à 15 ans) n’est pas répréhensible par la loi, le harcèlement sexuel, par des faveurs répétées et non sollicitées, est puni par la loi au même titre que le détournement ou la corruption de mineur. En dessous de 15 ans, on peut par exemple parler de pédopornographie en cas de détention d’images. En France, les peines pour corruption de mineur sont très lourdes, jusqu’à dix ans d’emprisonnement et 1 000 000 euros d’amende. Le viol commis sur un mineur de moins de 15 ans est puni de 20 ans de réclusion, comme le précise l’article 222-24 du Code pénal.

 

Pourquoi Jeremstar se cache-t-il ?

Plus de tweets, ni de « snaps » : la vie de Jeremstar a bien changé depuis une semaine. Dans les colonnes de Télé-Loisirs, son avocate, Me Aude Weill-Raynal, explique pourquoi il se fait discret : « Mon client est très affecté par ce qu’il se passe. Il n’a aucune volonté de se terrer et ne ressent aucune gêne ou honte. Il souhaite simple­­ment ne pas polluer l’enquête et ne pas donner prise à cet indi­­vidu [Aqababe, ndlr] ». Jerem­star a été audi­tionné par la police après sa plainte contre Aqababe. « Il est ressorti en faisant plei­­ne­­ment confiance à la justice et à la police », a confié Aude Weill-Raynal.

Dans la soirée du 23 janvier, Jeremstar s’est adressé à ceux « qui s’interrogent sur [son] silence » dans un communiqué :

Peut-être n’ai-je pas été assez clair sur ce point, mais je me désolidarise totalement de Pascal Cardonna. S’il s’avérait à l’avenir, qu’une seule – et je dis bien une seule – des ignominies qu’on lui reproche soit vraie, je m’engage solennellement à aider la justice à soutenir ses éventuelles victimes (…) Je suis innocent. Je suis à bout. J’aimerais dire une fois pour toutes que le « JeremstarGate » n’existe pas. Le « CardonnaGate » existe. Aucun doute n’est possible à ce sujet désormais, mais c’est à la justice de se prononcer.

D’autres noms circulent déjà sur les réseaux sociaux, mettant en cause d’autres amis de Jeremstar. S’il y a plainte, il reviendra à la Justice d’établir les responsabilités des uns et des autres. Jusque-là, les personnes citées ont droit à la présomption d’innocence.

À LIRE AUSSI :

Viré de chez lui par sa mère car il porte du maquillage, il appelle à l’aide

Ces personnalités qui ont servi de modèles aux LGBT (Témoignages)

ads