Santé/FormeBien pratiquer le vélo en ville

Par Romain Moreau le 04/11/2016
bien pratiquer le vélo en ville

Profitez de quelques conseils pour bien pratiquer le vélo en ville en minimisant les risques de chute.

Livraisons à vélo, moyen de transport écolo et peu onéreux (pour peu que vous ne vous le fassiez pas piquer tous les quatre matins), activité sportive compétitive ou sanitaire, le vélo a encore de beaux jours devant lui. Voici de petits conseils si vous pratiquez cette activité en ville.
Tout d’abord, la spécificité du vélo de ville par rapport à celui de route réside principalement dans le réglage de la selle. Celle-ci aura tendance à être plus basse sur un vélo de ville pour faciliter les arrêts fréquents. Vous perdrez de l’efficacité de pédalage mais gagnerez en sécurité. Il serait dommage de tomber de son vélo à l’arrêt.
Par rapport à la course à pied, l’activité est peu contraignante pour les genoux ce qui avantage les personnes en surpoids ou qui ont des douleurs chroniques sur cette articulation. Mais si les blessures articulaires sont quasi inexistantes de par le fait même de pédaler, le risque de chute rend l’activité nettement plus dangereuse, en particulier en ville. Quelques consignes de sécurité pour réduire les risques de se retrouver dans une situation périlleuse :

- Respectez le code de la route. Si vous avez tendance à griller les feux rouges, c’est une mauvaise habitude.

- Oubliez la priorité à droite. Vous avez la priorité ? Assurez-vous que les autres usagers de la route vous la laisse, parce que le contact ne pardonnera pas.

- Vérifiez la sonnette qui vous aidera à faire respecter les bandes cyclables par les piétons et l’éclairage si vous sortez le soir (éclairage fixe blanc à l’avant, rouge à l’arrière).

- Vérifiez l’état des pneus (pression et usure). Pour les pneus avec crampons, vous pouvez vous rendre compte de son usure en constatant ce qui reste de celui-ci. On considère que lorsqu’ils atteignent un cinquième de leur taille d’origine, il est temps de les remplacer.

- Portez un casque. Certes, il n'est pas (encore ?) obligatoire et la plupart des cyclistes n'en voient pas l'utilité (c'est vrai que ça décoiffe et que ce n'est pas très sexy) mais un casque peut se révéler fort utile en cas de mauvaise chute car la tête est touchée plus de 1 fois sur 3. Enfin, selon une étude américaine, il permettrait de réduire de 58% le risque de traumatisme crânien et 59% le risque de décès.

Pour conclure, sachez qu’il existe de nombreuses associations de cyclistes de ville qui agissent d’une part pour promouvoir les actions politiques en faveur du vélo et d’autre part dans un but de prévention, un petit peu comme l’article que vous venez de lire. Bonne route !
 
Crédit photo : Instagram
Retrouvez notre coach Romain Moreau sur son site : rm-coach-sportif