facebook

Jonathan Van Ness fait la couverture de Cosmopolitan UK

La star de "Queer Eye" fait la couverture du célèbre magazine féminin. C'est la première fois depuis plus de 30 ans qu'une femme ne fait pas la couverture.

"Oui. On l'a fait. De rien.", peut-on lire sur la couverture du numéro de janvier 2020 de la version britannique du magazine Cosmopolitan. En photo, on peut voir un Jonathan Van Ness rire aux éclats dans une robe Christian Siriano couleur pêche. C'est la première fois depuis de 35 ans selon lui qu'une personne qui ne s'identifie pas comme une femme fait la couverture de ce célèbre magazine féminin.

https://twitter.com/jvn/status/1201580846039339009?s=20

Dans l'interview accompagnant sa couverture historique, Jonathan Van Ness parle de son livre "Over The Top", sorti le 24 septembre dernier. Egalement, il évoque sa vie avec le VIH, dont il fait la prévention depuis septembre dernier, lorsqu'il avait révélé sa séropositivité dans les colonnes du New York Times.

À LIRE AUSSI : Jonathan Van Ness, le nouveau visage de la lutte contre la sérophobie

"Je veux vraiment améliorer le filet de sécurité sociale des personnes vivant avec le VIH"

"On se rend vite compte qu'il y a encore beaucoup de malentendus et de sensationnalisme autour du VIH. La stigmatisation et les difficultés liées au processus de traitement en sont la cause", raconte t-il pour Cosmopolitan. "Mon travail ne fait que commencer".  À 32 ans, Jonathan Van Ness semble bien mener une véritable croisade contre la politique américaine (républicaine) et toute forme de discrimination. "Je veux vraiment améliorer le filet de sécurité sociale des personnes vivant avec le VIH et trouver un moyen de s’assurer que Donald Trump ne gagne pas [une autre élection] et trouver comment remettre les législateurs en scène et rendre l’esprit critique cool", confie l'expert coiffure de "Queer Eye". 

Une certaine pression

Une chose est certaine, Jonathan Van Ness veut l'égalité des droits pour les femmes et les personnes LGBT+. Mais la star de Queer Eye, désormais devenue une véritable icône, est parfois dépassée par ce qu'on attend de lui.

"Plein de fois, des gens viennent me voir dans la vie ou sur les réseaux avec des problèmes p*tain d'intenses et je suis genre 'J'en sais rien!'", raconte Van Ness. Parlant alors de sa stratégie pour faire face à l'immense pression de sa renommée, Van Ness a déclaré: "Eh bien, mon thérapeute et ma thérapie, point à la ligne. Ma pratique du yoga et de la méditation. Et je fume de l'herbe."

"Dans mon livre, je dis que j'aime beaucoup les boîtes, les bords rangés, laissez-moi mettre toutes les mauvaises choses dans une boîte et ne plus jamais m'en occuper, mais ce n'est pas vraiment comme ça que la vie fonctionne", précise Jonathan Van Ness, "Il y a des milliards de manière d'aller mieux".

"Genderfluid"

En juin dernier, Jonathan Van Ness avait fait son coming out non-binaire auprès de Out Magazine. Il révélait notamment préférer les pronoms il/lui mais ne s'identifiait pas pour autant à un genre masculin. "Il y a des jours où je me sens comme un garçon, d'autres où je me sens comme une fille", déclarait-il. "Je ne pensais pas que j'avais le droit d'être non-conforme ou genderqueer ou non binaire - J'étais simplement un 'homme gay' car c'était la seule définition que je pensais pouvoir me donner".

À l'occasion de la séance photo pour Cosmopolitan, Jonathan Van Ness se plaît à mélanger les genres. En effet, il passe d'une reine de bal de promo à un mix entre Mick Fleetwood et la Vénus de Botticcelli, entre autre motard(e) dont le perfecto précise "Queen of fucking everything".

Via giphy.com

À LIRE AUSSI : Jonathan Van Ness n’a pas apprécié cette sortie de Cardi B sur le sida

Crédit photo : Instagram


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail