facebook

À Perpignan, une association porte plainte après un dessin de presse jugé homophobe

Sur fond d'élections municipales, un quotidien satirique a publié un dessin visant un membre de l'association LGBT+66, par ailleurs impliqué dans la politique locale.

La réaction ne s'est pas fait attendre. D'après le média local L'Indépendant, Jean-Loup Thévenot, président de l'association LGBT+ de Perpignan, LGBT+66, a déposé plainte lundi 8 juin au tribunal de grande insistance de Perpignan contre Le Bourricot 66, un quotidien satirique. Plus tôt dans la matinée, il a reçu un appel l'informant qu'un dessin qualifié d'homophobe circule sur les réseaux sociaux. Celui-ci vise Michel Sitja, adhérent de l'association et par ailleurs collaborateur depuis longtemps du maire LR de Perpignan Jean-Marc Pujol.

À LIRE AUSSI : Viré de la fédération australienne pour homophobie, ce rugbyman vient d’être recruté par un club français

"Dès qu'il y a propos homophobes, que les gens le sachent, on sera immédiatement sur le coup !" avertit Jean-Loup Thévenot auprès de L'Indépendant. Le dessin mis en cause a été publié en ligne pour illustrer un article sur les élections municipales. On y voit Michel Sitja en conversation avec l'actuel maire, dont il a été directeur de cabinet. Celui-ci lui dit : "Michel, je suis déçu, pour cette élection, je t'avais demandé un coup de Génie, tu m'as fait un coup d'Omo. Résultat, je suis bien lessivé !"

Réponse du "Bourricot 66"

Le président de LGBT+66 a porté plainte pour injure publique à caractère homophobe. "Vis-à-vis de n'importe quel adhérent, je ne peux pas laisser passer, affirme-t-il à L'Indépendant. On n'a pas à parler de l'orientation sexuelle des gens !" Sur sa page Facebook, LGBT+66 a tenu a rappelé que l'association est "non partisane" : "Nous avions des adhérent.e.s ou sympathisant.e.s sur la quasi totalité des listes, nous respectons l'ensemble des opinions politiques qui soutiennent nos revendications basées sur l'égalité des droits et le respect des personnes."

À LIRE AUSSI : Municipales : une candidate soutenue par LREM et LR épinglée pour homophobie et racisme

Sur son site Internet, Le Bourricot a réagi mardi 9 juin au dépôt de plainte, s'adressant à Jean-Loup Thévenot : "Sachez que depuis sa création il y a déjà 7 ans le Bourricot a d’une façon constante toujours combattu l’homophobie, nos articles du 23/05/2015 .. du 7/12/2016 .. du 3/03/2017 .. du 18/01/2019 .. et du 30/01/2019 en sont le témoignage vérifiable.  Avez vous de votre côté trouvé un seul écrit homophobe du Bourricot hormis celui que vous qualifiez ainsi a tort ? (...) Le Bourricot il est très serein, et absolument pas homophobe, il est prêt a répondre sur cette supposée injure publique et expliquer s’il le faut devant la justice  à la barre d’un tribunal les réelles critiques formulées ‘mezzo vocé’ dans l’article qu’essaie de cacher cette manœuvre de diversion en forme d’accusation d’homophobie cherchant à le discréditer."

 

Crédit photo : Page Facebook de LGBT+66


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail