Christophe Ferrari, un élu gay à la tête de la Métropole de Grenoble

Christophe Ferrari a été réélu maire du Pont-de-Claix et à la tête de "la Métro", la métropole de Grenoble. Désormais ouvertement gay, ce maire a une vision très républicaine des sujets qui concernent les LGBT+.

Il a balayé son coming out d'une phrase (même pas), au détour d'une question posée par l'Obs en août. Alors qu'on évoque avec lui les attaques de son propre camp, la gauche, le président de la Métropole de Grenoble dégoupille. "Je m’appelle Ferrari, je suis un immigré italien. Ma famille a fui le fascisme. Le combat antifasciste est mon histoire. Je ne laisserai pas salir mon nom. Je suis père de famille, avec mon compagnon. J’ai été élu par la gauche".

À LIRE AUSSI - Hussein Bourgi, un militant ouvertement gay, arrive au Sénat

À 51 ans, Christophe Ferrari a jugé que c'était le bon moment pour parler ouvertement de son homosexualité. Après tout, les électeurs du Pont-de-Claix l'ont déjà vu faire campagne, main dans la main avec son compagnon et aux côtés de ses deux jumeaux de 19 mois. "J'arrive à un moment où ma vie s'est stabilisée. J'avais envie de poser les choses naturellement, alors que j'ai toujours fait en sorte de protéger mon entourage", explique-t-il à TÊTU. Avant d'ajouter qu'il n'aurait certainement pas pu parler aussi librement de sa famille il y a cinq ou dix ans....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail