facebook

Deux lesbiennes agressées en marge d’un rassemblement de LMPT à Angers

Alors que La Manif pour tous veut défiler dans Angers ce samedi, deux femmes racontent avoir été agressées lors d'un rassemblement début janvier. Elles entendent déposer plainte.

Deux femmes ont été violentées en tentant de s'approcher de la Manif pour tous du 9 janvier dernier. Elles racontent ce qu'il s'est passé alors que LMPT veut défiler une nouvelle fois ce weekend. Toutes deux âgées de 21 ans, elles ont décidé de porter plainte.

"Vous ne passerez pas"

Deux femmes voulaient s'approcher d'une manifestation de LMPT, le 9 janvier dernier à Angers. "On avait entendu parler de leur petite action", raconte l'une d'entre-elles à Ouest-France. Elles avancent donc avec deux pancartes sur lesquelles on peut lire "il ne suffit pas d'être hétéros pour être de bons parents" ou encore "les lesbiennes sont des mères hors pères".

À LIRE AUSSI - Ce que les reports successifs de la PMA pour toutes provoquent dans la vie des femmes

Alors que La Manif pour tous défile dans Angers, deux hommes bloquent les militantes. Ils leur demandent où elles comptent aller. Elles répondent vouloir se rendre au rassemblement. "En courant, l'un d'eux nous a poussé par les épaules. Ils nous ont dit 'vous ne passez pas'", indique l'une des victimes au quotidien régional.

Refus d'accès à la manifestation et intimidations

"Il me pousse et prend ma pancarte. Je lève le bras pour essayer de la récupérer. Il nous pousse plus violemment. Adèle commence à crier que deux filles se font agresser en pleine rue. Mais les passants n'ont aucune réaction", raconte l'autre. C'est à ce moment que, selon le récit des femmes, l'homme les menace. "Il déchire la pancarte, prend mon bras gauche et commence à me faire une clé de bras dans mon dos. Un mouvement de plus et il craquait".

À LIRE AUSSI - La PMA pour toutes votée en seconde lecture à l’Assemblée sans euphorie

Les deux hommes les relâchent avant de s'enfuir. Mais les deux femmes comprennent qu'on leur refuse l'accès à la manifestation. "Ils nous ont dit que l'on ne devait pas exister", raconte-t-elle. Elles poursuivent leur chemin, mais un nouveau comité d'accueil les attend. "On voit quatre mecs encagoulés, habillés tout en noir courir vers nous. Ils forment un carré et un gars me fonce dessus. Il me pousse pour me déséquilibrer, même pas à dix mètres de la manifestation", détaille l'une des deux lesbiennes.

Elle explique que la sécurité est intervenue pour leur demander de partir. Les militantes ont décidé de porter plainte auprès du procureur de la République.

Un groupuscule identitaire ?

Le coordinateur départemental de LMPT, Pie-Louis Lécluse a déploré ces agressions. "Ces deux personnes n'étaient pas violentes. Je leur ai dit que je trouvais cette agression scandaleuse. Elles contestent nos idées (sic), j'aurais été ravi d'en parler avec elles plutôt que de discuter d'une altercation. Je leur ai conseillé de porter plainte", a-t-il déclaré, en refusant d'endosser une part de responsabilité.

À LIRE AUSSI - PMA pour toutes : le festival de bourdes du premier ministre à l’Assemblée

Plusieurs personnes avancent que les agresseurs font partie de l'Alvarium, un groupuscule identitaire local. "l’Alvarium a traîné autour de la manifestation, mais n’en faisait pas partie. Sauf un participant, dont je ne savais qu’il en était", affirme Pie-Louis Lécluse. Jean-Eudes Gannat, porte-parole du groupuscule, a été filmé dès 2018 en compagnie des partisans de La Manif pour Tous.

Contre-manifestation prévue

Le projet de loi bioéthique, qui comprend le volet sur la PMA pour toutes sera examiné en séance plénière du Sénat à partir du 2 février. En commission, les sénateurs ont voulu encore plus limiter un texte déjà en deçà des espérances. Ce samedi, LMPT a prévu de défiler dans les rues d'Angers. Une contre-manifestation est prévue et plusieurs élus ont annoncé qu'ils défileraient pour soutenir la PMA pour toutes.

 

Crédit photo : Capture d'écran YouTube / Le Courrier de l'Ouest


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail