NantesAccusé d'homophobie, le président du club de handball de Nantes se défend

Par Nicolas Scheffer le 17/11/2021
Gaël Pelletier, président du HBC Nantes

Lors d'un match le 8 octobre, le président du club de handball de Nantes a prononcé des injures contre les arbitres. Mais Gaël Pelletier conteste leur caractère homophobe.

"J'ai tenu des propos injurieux que je regrette, mais pas d'insulte homophobe", regrette auprès de TÊTU le président du club de handball nantais. Le 8 novembre dernier, la Ligue nationale de handball a condamné Gaël Pelletier à une suspensions de six dates dont une avec sursis. En cause, des propos injurieux à l'égard des arbitres d'une rencontre le 8 octobre contre Limoges.

À lire aussi : Interdire les JO aux pays où l'homosexualité est punie de mort ? Paris 2024 répond à Tom Daley

"Dans leurs rapports, clairs et circonstanciés, les arbitres de cette rencontre, et le délégué du match, signalent que le président du HBC Nantes, Gaël Pelletier, a tenu des propos injurieux mais également homophobes envers les arbitres.", ajoutait la Fédération française de handball. À la mi-temps d'un match, le 8 octobre dernier, le président du club nantais s'est énervé contre les arbitres qu'il a jugé "pas au niveau". Des insultes sont alors prononcées.

Mais si les arbitres ont qualifiés les propos "d'homophobes", le président du club est catégorique. "Je leur ai dit 'sales cons, vous faites chier'. Et à une autre personne, en parlant des arbitres, 'ils sont nuls tes mecs'. À aucun moment je n'ai tenu de propos homophobes", témoigne-t-il, reconnaissant que les insultes n'auraient tout de même pas dû être tenues. "La différence est importante : on ne joue pas avec l'homophobie. C'est insulter toutes les victimes d'agressions homophobes", ajoute-t-il.

"C'est mal connaître mon expérience personnelle"

Une accusation à laquelle Gaël Pelletier ne veut pas être associé. "C'est mal connaître mon expérience personnelle. Lorsque mon fils a fait son coming out, je l'ai entouré, je l'ai encouragé et bien sûr accepté", assure-t-il. Surtout, le sportif craint que cet épisode entraîne un climat délétère au sein de l'équipe. "Je veux que chaque joueur LGBTQI+ sache qu'il trouvera en moi un allié pour faire en sorte que son orientation sexuelle n'ait pas d'incidence sur sa relation avec les autres coéquipiers", indique le président de club bénévole.

"L'homophobie, c'est l'antimatière sportive", souffle Gaël Pelletier. Malgré tout, le sportif pointe n'avoir pas systématiquement relevé des insultes homophobes entendues au sein même de ses équipes. "Cet épisode m'apprend à être beaucoup plus sensible aux discriminations", promet-il. Message reçu.

À lire aussi : Lesbophobie, misogynie… Le calvaire de lesbiennes dans des assos sportives LGBT+

Crédit photo : Capture d'écran / HBC Nantes