jeux olympiquesInterdire les JO aux pays où l'homosexualité est punie de mort ? Paris 2024 répond à Tom Daley

Par Tessa Lanney le 19/10/2021
L'organisation des JO de Paris 2024 à répond Tom Daley

TÊTU a soumis au comité français d'organisation des JO de Paris 2024 la nouvelle cause portée par le champion olympique Tom Daley. Voici sa réponse.

Et si les Jeux olympiques, événement conjuguant sport et valeurs universelles, interdisaient de participation les pays criminalisant l'homosexualité, à tout le moins ceux où elle est passible de la peine de mort ? Le champion olympique de plongeon Tom Daley a fait sensation début octobre en annonçant que cette idée serait son prochain combat. Et le Britannique de se donner une échéance précise : "Je veux faire ma mission, d'ici aux Jeux olympiques de Paris en 2024, de faire en sorte que les pays qui criminalisent et punissent de mort les personnes LGBT ne soient pas autorisés à participer aux Jeux olympiques".

Paris 2024 "salue" l'engagement de Tom Daley

Soutenant forcément cette initiative, TÊTU l'a soumise au Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques Paris 2024, qui nous a diplomatiquement répondu en cinq points. "Nous saluons l’engagement de Tom Daley, qui fait partie de ces athlètes qui osent prendre la parole pour faire avancer la lutte contre les discriminations dans le monde du sport", précise en premier lieu le comité, qui ajoute sur le fond : "La lutte contre toutes les discriminations doit mobiliser chacun d’entre nous. Il est intolérable que l’on puisse, en 2021, être discriminé ou persécuté en raison de son orientation sexuelle."

"Il n’appartient pas à Paris 2024 de se prononcer sur les pays autorisés à participer ou non aux Jeux."

"Intolérable" au point d'endosser la proposition de Tom Daley ? Eh non. "Il n’appartient pas à Paris 2024 de se prononcer sur les pays autorisés à participer ou non aux Jeux", évacue le comité, qui se borne à rappeler ses valeurs : "Nous ne pouvons que rappeler avec force notre engagement à tout mettre en œuvre pour que les Jeux de Paris 2024 soient exemplaires en matière de lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou de genre."

Et d'égrener "la Charte d’Engagement LGBT+" signée en juillet 2018, la participation "à la création d’un Label avec l’Etat sur l’Egalité et la Lutte contre les discriminations pour les Grands Evénements Sportifs Internationaux annoncé en juin dernier lors du Forum Génération Egalité", ou encore "la Charte Olympique et le Contrat de Ville hôte édictés par le CIO".

Pour la suite, termine le comité, "nous espérons que les Jeux de Paris 2024 participeront à faire avancer la lutte contre les discriminations en France et dans le monde et mettons tout en place pour aller au-delà de la lutte contre les discriminations, en promouvant la mixité et la diversité, source de richesse pour toutes et tous". Nous l'espérons aussi, mais aurions aimé que Paris 2024 prenne au moins l'engagement de pousser l'initiative de Tom Daley au niveau du Comité international olympique (CIO). Le plongeur a du pain sur la planche !

À lire aussi : "Je serai crucifié" : un footballeur gay de Premier League dit sa terreur du coming out

Crédit photo : Tom Daley via Instagram