Espagne : Autorités et anonymes se liguent contre un autobus transphobe
Actualité

Espagne : Autorités et anonymes se liguent contre un autobus transphobe


Saisie par le procureur, pétition, drapeaux LGBT brandi au devant des mairies… L’Espagne fait de la résistance contre sa propre Manif pour tous : le mouvement LGBTphobe HazteOir.

HatzeOir (« Fais-toi entendre ») est un mouvement espagnol ultraconservateur, catholique, et proche des mouvements d’extrême-droite européens. Ses membres défendent une vision univoque de la famille nucléaire composée d’un papa, d’une maman et des enfants, lancent une pétition chaque fois qu’un couple homo apparaît sur une publicité ou un dessin-animé, et dénoncent les agissements d’un « lobby homosexuel » déterminé à pervertir la jeunesse. Puisque le mariage pour tous est acté depuis plusieurs années, le mouvement s’est – comme en France – accroché à un nouveau cheval de bataille : le genre. Comme Ludovine de La Rochère, HazteOir grince des dents devant les nouveaux programmes scolaires qui font (enfin) mention d’identité de genre et d’orientation sexuelle. Encore plus devant la campagne lancée en janvier par l’Association des parents d’enfants trans Chrysallis, et soutenue par les autorités.

« Il y a des filles avec un pénis, et des garçons avec une vulve (…). La plupart souffrent tous les jours parce que la plupart des gens ignorent cette réalité. Parlons-en. Leur bonheur dépend de vous » peut-on lire depuis janvier sous un dessin où enfants cis et transgenres courent nu dans un pré, affiché sur les réseaux sociaux, mais aussi sur les abribus et les stations de métro de Navarre, au nord du pays.

«Les garçons ont un pénis. Les filles ont un vagin. Ne soyons pas dupes. Si tu nais homme, tu es un homme. Si tu nais femmes, tu le resteras. Ne laisse pas tes enfants se faire manipuler à l’école», a répondu cette semaine HazteOir en lettres blanches sur un bus orange affrété par le mouvement pour distribuer des brochures aux écoles contre l' »endoctrinement sexuel » qui s’y joue. Sauf que là où la Manif pour tous brandissait sans inquiétude des slogans homophobes dans ses rangs, cette transphobie itinérante a suscité le dégoût général outre-Pyrénées.

autobus transphobe HazteOir
Crédit @elcorreogallego/Twitter

Réactions vives à travers tout le pays

Le car anti-trans inaugurait lundi son « tour d’Espagne » à Madrid quand une plainte fut déposée contre cette campagne discriminatoire, après l’alerte de la députée régionale socialiste. Une pétition demandant l’interdiction de l’autobus transphobe a reçu plus de 125.000 signatures en seulement trois jours. Sur demande de la Plateforme espagnole pour les droits des trans, le procureur général de Madrid a ouvert une enquête pour incitation à la haine, et l’autobus transphobe est depuis immobilisé dans la capitale par les forces de l’ordre (et non pas incendié comme le laisse supposer un photomontage), avec interdiction de circuler. Les magistrats ont signé un communiqué contre ce véhicule qui risquait de « troubler l’ordre public » et de diffuser un « sentiments d’insécurité » chez les LGBT, rapporte le Huffington Post.

À Valence, où devait se rendre le car HazteOir, les autorités ont déroulé le drapeau bleu-blanc-rose symbole de la communauté trans sur le fronton de la mairie, et des dizaines d’individus se sont postés devant le bâtiment public pour protester contre la tournée transphobe. À Barcelone, prochain arrêt programmé, la mairesse en personne a prévenu qu’elle empêcherait le car de circuler.

« Ceux de HazteOir ont peut-être des pénis et des vagins, mais ils n’ont ni cerveau ni cœur », a réagi le leader de Podemos, Pablo Iglesias, au micro de RTVE.

Selon les associations espagnoles, les enfants trans sont 41% de fois plus sujets aux tentatives de suicide, mais aussi plus largement exposés au harcèlement scolaire. Cette vive défense menée par la société civile semble donc annoncer une prise de conscience générale de leur quotidien, et une solidarité nouvelle qui s’est aussi exprimée sur les réseaux sociaux :

Así si. #hazteoir #lgtb

A post shared by Cristina Grande (@cris_gchups) on

« Il y a des filles avec des pénis et des garçons avec des vagins. Le genre est dans la tête, pas dans les parties génitales. »

« À gauche, une image du XXIème siècle. À droite, une du Vème siècle avant J.C. »

« Les Simpsons prédisent aussi la fin de HazteOir. »

 

Couverture : Crédit @diegoperezretes/Twitter

ads