De Paris à Bruxelles, LGBT et alliés se rassemblent contre la purge anti-gay en Tchétchénie
Actualité

De Paris à Bruxelles, LGBT et alliés se rassemblent contre la purge anti-gay en Tchétchénie


À l’appel de plusieurs associations, des rassemblements ont eu lieu à Paris et Bruxelles pour condamner la purge anti-gay en Tchétchénie.

Le 1er avril, le journal indépendant russe Novaïa Gazeta révélait les exactions perpétrées contre les homosexuels (ou présumés) en Tchétchénie. Depuis, de nouvelles informations viennent presque chaque jour confirmer ce qui s’apparente à une véritable purge anti-gay (assassinats, emprisonnement, dénonciation…). De son côté, le leader tchétchène Ramzan Kadyrov dément toutes ces accusations et menace les journalistes de représailles. La fédération de Russie dont fait partie la Tchétchénie se refuse également à reconnaître et condamner ces exactions.

Cette situation extrêmement alarmante a poussé de nombreuses associations et représentants de la société civile et politique à se mobiliser pour condamner ces exactions mais également pour exhorter les responsables nationaux et internationaux à agir. Des rassemblement ont par exemple été observés à Dublin et à Londres.

Contre le silence

En France, le MAG jeunes LGBT a lancé une pétition sur change.org appelant la directrice de l’UNESCO et l’ambassadeur français à l’ONU à « condamner les exactions du gouvernement tchétchène », à « lancer une commission d’enquête indépendante sur ses actes d’extermination », et à la « défense des droits des journalistes locaux ». L’association demande également au candidats à l’élection présidentielle de « [définir] les engagements qui sont les leurs concernant la défense qu’ils comptent accorder aux droits LGBT dans la diplomatie de demain ».

Ce sont également les mots d’ordre qui ont été portés hier lors d’un rassemblement place de la République à Paris, à l’appel de l’association MAG et de l’Inter-LGBT, entre autres. Selon les organisateurs, 800 personnes se sont réunies en soutien aux homosexuels en Tchétchénie. Plusieurs personnalité politiques de la gauche étaient également présentes et ont pris la parole après avoir observé une minute de silence.

Patrick Bloche, député PS de Paris, a fermement condamné les événements qui se déroulent en Tchétchénie et ce « au nom de l’Assemblée nationale ». Il a fait part de son « indignation » et de sa « colère ».

De son côté, Jean-Luc Roméro (conseiller régional d’Ile-de-France et maire-adjoint du 12e arrondissement de Paris apparenté PS) a également exprimé sa « colère » face « aux régressions » qu’on constate à travers le monde vis-à-vis des droits des personnes LGBT. Et de se demander : « Où est la réaction politique ? » tout en fustigeant le silence de certains représentants.

Esther Benbassa, sénatrice du Val-de-Marne (EELV), a rappelé « la liberté d’assumer son orientation sexuelle », tout en trouvant « révoltant qu’elle soit bafouée [en Tchétchénie] ». « Le combat pour les droits LGBT ne s’arrête pas aux portes de l’Europe. Soyons à la hauteur de nos victoires [notamment vis-à-vis du mariage pour tous, ndlr] même si l’homophobie existe encore en France », a-t-elle déclaré.

Paris et Bruxelles rassemblement purge anti-gay en Tchétchénie

Pour l’action

À Bruxelles, un rassemblement d’environ 500 personnes avait lieu au même moment place de la Bourse à l’appel de plusieurs associations telles Arc-en-ciel Wallonie, Cavaria (Anvers) et la Rainbow House de Bruxelles. Au cours de son discours, le président de cette dernière, Frank Schoenmaker, a exhorté « les politiciens, les institutions internationales à faire pression diplomatiquement et économiquement sur le régime tchétchène pour arrêter cette folie en cours dans ce pays ». Il a également demandé à faciliter les procédures d’asile pour que les homosexuels persécutés dans leur pays puissent trouver refuge en Belgique et en Europe. Cette année, le droit d’asile sera d’ailleurs l’un des mots d’ordre de la Belgium Pride qui aura lieu le samedi 20 mai.

Une minute de silence a également été observée par la foule et une banderole a même été déployée sur la grille de la Bourse sur laquelle on pouvait lire : « Stop Gay Torture in Chechnya ». Nombreux étaient les personnes à avoir fait le déplacement munies de pancartes et de drapeaux LGBT. C’était le cas de Kriss, le Mister Bear Belgium 2017, qui s’est beaucoup impliqué dans la mobilisation en mettant à profit ses réseaux et son engagement de longue date en faveur de la communauté. « Depuis 15 jours , en coopération avec tous les Mister Bears , Leathers et Fetish d’Europe, nous nous activons pour aider la communauté tchétchène persécutée afin que les victimes de ces persécutions ne soient pas aussi victimes du silence », nous a-t-il confié.

 

Couverture : © Christophe Apatie

ads