Kevin Spacey, le coming out malvenu après des accusations de harcèlement sur mineur
Actualité

Kevin Spacey, le coming out malvenu après des accusations de harcèlement sur mineur


De nombreux commentateurs déplorent le mauvais timing de cette annonce, qui intervient quelques heures après des accusations d’avances sexuelles sur un garçon de 14 ans.

La sexualité de Kevin Spacey suscite bien des interrogations depuis un article d’Esquire parlant en 1997 d’une double vie, bien qu’il ait nié son homosexualité en brandissant des aventures hétéros. Il avait été clair en 2010 : “aucune vie privée n’appartient au domaine public.” Mais récemment, il jouait plus volontiers de cette ambiguïté, enchaînant par exemple les allusions au coming out et au placard lorsqu’il présentait les derniers Tony Awards. Ambiguïté terminée dimanche 29 octobre par l’interview de l’acteur Anthony Rapp, 46 ans, qui interprète actuellement le rôle du Lieutenant Stamets, seul personnage gay de la série télé Star Trek : Discovery.

Kevin Spacey coming out harcèlement sur mineur avances sexuelles
Anthony Rapp au ComincCon de San Diego (2017) – crédit photo vagueonthehow/Flickr

“Il cherchait à m’entraîner sur le terrain sexuel”

À Buzzfeed, celui-ci a relaté un événement survenu en 1986, alors qu’il était âgé de 14 ans et qu’il participait à une soirée organisée dans l’appartement de Kevin Spacey, 26 ans, à New York. Tous deux se produisent alors à Broadway – Anthony Rapp joue depuis ses 9 ans – et s’étaient rencontrés quelques jours plus tôt lors d’un dîner de troupe qui s’est poursuivi dans une boite de nuit de Manhattan. Chez Kevin Spacey, Anthony Rapp relate qu’il était parti regarder la télévision dans une chambre, assis sur le lit, car il s’ennuyait au milieu de tous ces adultes qu’il ne connaissait pas. “Puis je me suis dit : « Tiens, tout le monde est parti. Je devrais peut-être rentrer chez moi », se souvient-il pour Buzzfeed, [Kevin Spacey] se tenait dans l’embrasure de la porte, chancelant. Quand il est entré dans la chambre, j’ai eu l’impression qu’il était saoul. Il m’a soulevé comme un fiancé porte la mariée pour franchir le seuil de la porte. Mais je ne me suis pas senti malmené au début parce que je me disais : « mais qu’est-ce qu’il se passe ? » Et puis il s’est couché sur moi.”

“Il essayait de me séduire, ajoute Anthony Rapp. Je ne sais pas si j’aurais utilisé ce terme [à l’époque]. Mais je savais qu’il cherchait à m’entraîner sur le terrain sexuel.” Il raconte qu’il a finalement réussi à s’extirper des bras de Kevin Spacey en se “tortillant” puis en filant dans la salle de bain : “J’ai vu sur le comptoir à côté de l’évier une photo de lui, bras sur l’épaule d’un homme. Je me suis dis : « OK, j’imagine qu’il est gay. » J’ai ouvert la porte et je lui ai dit que j’allais rentrer chez moi. Il m’a suivi (…), il était du genre : « T’es sûr de vouloir partir ? » J’ai répondu : « Oui, bonne nuit » et je suis sorti.”

“Un moment d’ébriété inapproprié”

Anthony Rapp précise que c’est la montée en popularité de Kevin Spacey, héros de House of Cards, ajoutée aux récentes révélations contre Harvey Weinstein – encourageant d’autres victimes, aujourd’hui une cinquantaine, à dénoncer les agressions et les viols qu’elles ont subi – qui l’a poussé à parler. Le journaliste de Buzzfeed précise que les agents de Kevin Spacey n’ont jamais souhaité répondre à ses nombreux appels, courriers et e-mail et ainsi profiter d’un droit de réponse. Mais quelques heures après la publication de l’article, l’acteur de 58 ans tweete : “J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour Anthony Rapp en tant qu’acteur, débute Kevin Spacey, et je suis plus que horrifié d’entendre son histoire. Honnêtement, je ne me rappelle pas de cette rencontre (…) mais si je me suis comporté ainsi, je lui dois mes plus sincères excuses pour ce qui aurait été un moment d’ébriété totalement inapproprié et je suis désolé pour le sentiment qu’il dit avoir porté sur ses épaules toutes ces années.” Avant de saisir l’occasion d’un coming out tardif :

Cette histoire m’encourage à aborder d’autres aspects de ma vie (…). Les personnes les plus proches de moi savent que j’ai eu dans ma vie des relations avec des hommes et des femmes (…) et je choisis maintenant de vivre en tant qu’homme gay. Je veux gérer ça honnêtement et ouvertement, et ça commence par l’examen de mon propre comportement.

Scandale sur Twitter

Le mélange des genres passe mal sur Twitter : d’aucuns accusent l’acteur de vouloir détourner les accusations d’agression sur mineur voire de se réfugier derrière la communauté LGBTQ; d’autres, à l’instar du chroniqueur pour Vanity Fair Richard Lawson, lui reprochent d’alimenter encore la confusion entre homosexualité et pédophilie qu’il a fallu tant d’années à déconstruire. Beaucoup réclament l’accusation en justice ou soulèvent que si la victime avait été une femme, les conséquences auraient été immédiates.

La psychologie du placard est sombre, cruelle et autopunitive. Que Spacey ait dû endurer ça pendant des années est triste. Mais 14 ans, c’est 14 ans.

Le déferlement de commentaires sur Twitter a également fait remonter l’affaire Epstein qui fit les choux gras de la presse britannique en 2008, révélant un réseau de prostitution organisé par le puissant millionnaire de Wall Street, Jeffrey Epstein. Le Guardian rapporte que l’homme était connu de Kevin Spacey ainsi que de plusieurs hautes personnalités comme Bill Clinton, Donald Trump, Naomi Campbell, etc.

Un coming out “irresponsable”

Sur Franceinfo, le président de SOS homophobie, Joël Deumier, accuse un coming out “irresponsable” car “en liant dans un même message la question de son orientation et une accusation d’agression sexuelle, [Kevin Spacey] mêle le mouvement LGBT (lesbien, gay, bi, trans) à une affaire qui ne le concerne pas”, or “l’orientation sexuelle n’est pas une grille de lecture pertinente sur les questions de violences sexuelles” , poursuit le militant.

Le 13 octobre, Heather Unruh, ancienne présentatrice télé américaine, avait déjà inséré l’acteur de 58 ans dans la lignée des harceleurs d’Hollywood en tweetant  : “Le #WeinsteinScandal m’a enhardi… J’étais fan de Kevin Spacey jusqu’à ce qu’il agresse un être cher. Il est temps que les dominos tombent.”

Interrogée par plusieurs internautes dont le même journaliste de Buzzfeed, elle avait ajouté qu’elle étayerait cette accusation “en temps voulu” car la personne concernée “considérait toutes les options pour parler publiquement.” Elle a depuis applaudi “le courage d’Anthony Rapp”, sans préciser s’il était l’“être cher” qu’elle évoquait plus tôt.

 

Couverture : Visite du gouverneur sur le plateau de House of Cards (2013) – crédit photo Maryland GovPics

  • Patricia L

    Je me demandais dans quelles circonstances un coming-out serait pathétique et écœurant. Je viens de trouver, j’en ai bien peur.

  • Hubert van Remoortel

    ne soyons pas hypocrites: si vous avez un ami gay : planquez vos gamins ! (les filles, je ne sais pas…) Dans tout bon roman gay ( ex.Y.Navarre…) il y a un gamin qui se profile.Normal: un vivier de 10% de pd a besoin de se renouveler, y compris via prosélytisme déguisé dans les écoles (une plaie !)

    • Aiyan

      Ne soyez pas dans le déni, la majorité des pédophiles sont hétérosexuels puisque la majorité de la société est hétérosexuelle.

    • le vicomte

      Triste, nauséabond, mais classique, l’amalgame entre homosexualité et pédophilie existe depuis l’antiquité, un peu déçu de voir que vous n’avez pas évolué depuis ce temps, 2000 ans de stagnation ça doit sentir le renfermé dans votre petite tête. Au passage, c’est un des préjugés qui ont été utilisés pour justifier des siècles de génocides anti gays, des bûchers aux camps de concentration tchetchenes, en passant par les chambres à gaz. Vous me pardonnerez donc je l’espère d’être un peu tendu sur ce point. Et concernant le prosélytisme déguisé, je ne vois absolument pas de quoi vous voulez parler, citez des sources, qu’on puisse discuter entre adultes.

  • Fabrice Bluszez

    Si les méchants revenaient, ceux se désolidarisent aujourd’hui de Kevin Spacey partiraient probablement dans les mêmes wagons…

ads