Entre 5.000 et 6.000 personnes étaient réunies à Kiev pour cette cinquième édition de la marche des fiertés
Actualité

La belle gay pride de Kiev... sous haute surveillance policière


Le temps était couvert à Kiev dimanche. Mais ni la météo, ni les manifestants d’extrême-droite réunis dans le centre de la capitale ukrainienne, n’ont réussi à empêcher la marche des fiertés. Tôt le matin, près de 150 ultra-nationalistes s’étaient réunis sur le parcours de la pride, avec la ferme intention de bloquer les 5.000 à 6.000 participants. Après de petits incidents, la police, en formation anti-émeutes a dispersé les semeurs de trouble, et arrêté 56 individus, parfois devant les yeux et les smartphones des participants.

Si la vidéo de ce twittos indique que « la police a paisiblement dispersé les manifestants anti-pride« , le groupe d’extrême droite C14 affirme sur Facebook que la police a entouré ses manifestants d’extrême droite, les a attaqué avec des matraques et du gaz lacrymogène : « Regardez comme ils protègent les minorités sexuelles, et violent le droit des citoyens lambdas de Kiev. » Les autorités ont répondu à ces accusations par un communiqué lapidaire : « Plusieurs hommes qui résistaient et utilisaient du gaz contre les forces de l’ordre ont été arrêtés ». 

La difficile marche des fiertés de Kiev

Pour les LGBT ukrainiens, la marche des fiertés n’a pas toujours été un moment de plaisir. Après une première édition en 2013, où des heurts violents avec des groupes d’extrême-droite avaient rapidement éclatés, la marche de l’année suivante avait été annulée, faute de protection policière suffisante. En 2015, de violentes attaques ont assombri ce jour de revendications. Un an plus tard, à la faveur d’un changement de gouvernement et suite à de sérieuses menaces, les autorités ont déployé d’importants dispositifs policiers. Ce weekend, ce sont pas moins de 5.000 policiers qui ont encadré le défilé selon l’AFP. Soit presque autant de policiers que de manifestants. Les marcheurs n’ont d’ailleurs pas manqué de remercier chaleureusement la police. 

Ce dispositif impressionnant semble rassurer les manifestants LGBT, puisqu’entre 2017 et 2018, le nombre de participants a doublé. Au point que les Ukrainiens peuvent se targuer d’avoir connu ce weekend la plus grande marche des fiertés de l’histoire de leur pays. Et même, de toute l’Europe de l’Est.

ads