Confusion autour de la publication par Novaïa Gazeta des 27 noms de tchétchènes exécutés
Actualité

Confusion autour de la publication par Novaïa Gazeta des 27 noms de tchétchènes exécutés


Contrairement à ce que relayaient certains articles, ces 27 noms ne sont pas ceux des gays exécutés par le régime.

Dans un article publié lundi 10 juillet, le quotidien d’opposition russe Novaïa Gazeta a divulgué de nouvelles informations au sujet des exécutions sommaires menées par le régime tchétchène. Ce quotidien était à l’origine, en avril dernier, des révélations concernant la purge anti-gay perpétrée par le régime de Ramzan Kadyrov. Depuis, le quotidien suit le dossier de près et révèle régulièrement de nouvelles informations.

Des exécutions en représailles de l’assassinat d’un policier

Ce suivi des exactions commises envers les gays par Novaïa Gazeta a sans doute participé de l’imbroglio né après la publication de leur dernier article lundi 10 juillet. En effet, le quotidien russe a révélé les noms de 27 hommes exécutés par les autorités tchétchènes. Sauf que, malgré ce que certains articles ont pu évoquer, ces noms ne sont pas ceux d’homosexuels assassinés en raison de leur orientation sexuelle. Après vérifications auprès de journalistes russes, ces noms  sont en fait ceux d’hommes assassinés dans la nuit du 25 au 26 janvier 2017, en représailles d’un meurtre. Ils ont été arrêtés dans plusieurs régions du pays, par vagues successives depuis décembre. Ils sont soupçonnés d’être mêlés, de près ou de loin, à l’assassinat d’un policier le 17 décembre dernier par des « rebelles islamistes », note le journal. 200 personnes auraient été arrêtées et détenues au cours de cette opération. Le journal écrit :

Les raisons pour lesquelles les personnes sont persécutées sont très différentes. Début avril, nous publions des preuves sur la persécution de masse, la torture et les assassinats de résidents tchétchènes en raison de leur homosexualité. Aujourd’hui (…), le motif des exécutions est complètement différent. Il s’agit très probablement de soupçons d’extrémisme, sans que nous pussions l’affirmer délibérément puisque qu’aucune accusation formelle n’a été portée par la police tchétchène.

Attention donc à ne pas relayer des informations erronées, notamment sur les réseaux sociaux.

Une nouvelle illustration des méthodes du régime

Pour Djamboulat Oumazov, haut responsable tchétchène, cet article est « un nouvel épisode de désinformation contre la Tchétchénie. » Pour Novaïa Gazeta, il s’agit d’un nouvel épisode dans les révélations des méthodes utilisées par le régime de Ramzan Kadyrov pour réprimer sommairement la population tchétchène.

Si les 27 noms publiés ne sont effectivement pas ceux d’homosexuels, le quotidien insiste sur les preuves qu’ils détiennent sur la purge anti-gay. Leur enquête minutieuse suit son cours pour que, dans les semaines ou les mois à venir, d’autres informations puissent être publiées. Il n’est cependant pas certain que le journal prenne le risque de dévoiler les noms des victimes homosexuelles, car leurs familles pourraient en subir des répercussions.

 

 

Retrouvez un article sur le Tchétchénie signé par Elena Volochine, correspondante de France 24 en Russie, dans le numéro d’été de TÊTU. Il est en kiosque !

« Promenons-nous… » : Au sommaire du numéro de l’été 2017 de TÊTU !

 

ads