La drag-queen Gia Gunn incarne la fin de l’ère transphobe de « RuPaul’s Drag Race »

gia gunn drag queen trans

Avec la saison 4 de "Rupaul's Drag Race : All Stars", l'émission reconnaît enfin la place légitime des femmes trans' dans la scène drag mondiale.

Après les excuses, le changement. Dans une vidéo qui dévoile le début de la saison 4 de "Rupaul's Drag Race : All Stars", les internautes ont découvert la première femme trans' ayant transitionné à participer à une saison du concours de drag queen : Gia Gunn.

La drag-queen avait participé à la saison 6 avant son coming-out trans. Elle revient en tant que femme trans' dans cette saison qui voit s'affronter des anciennes participantes. Gia Gunn explique dans la vidéo mise en ligne la "grande découverte" faite à propos d'elle-même : "Je ne suis pas un homme qui se travestit. Je suis une femme qui s'investit dans l'art du drag".

A LIRE AUSSI : L’Église d’Angleterre prévoit des cérémonies pour marquer la transition de genre

En mars 2018, le présentateur RuPaul était passé sous le feu des critiques pour avoir exprimé son refus que des femmes trans' ayant débuté leur transition puissent participer à son émission de drag queen. Il avait même comparé les femmes trans' faisant du drag à des athlètes sous stéroïdes.

RuPaul étaient ensuite revenu sur ses déclarations choquantes, dans des excuses qui semblaient inévitables. "La communauté trans' est faite de héros de notre mouvement LGBTQ. Vous êtes mes professeurs", avait-il écrit. Il semble avoir compris que si toutes les femmes trans' ne font pas de drag, certaines y trouvent un moyen d'expression important. Elles ont d'ailleurs joué un rôle central dans l'émergence de cet art scénique.

A LIRE AUSSI : La Journée du souvenir trans’, c’est quoi ?

La première participante trans' ?

Autre changement important : les répliques de RuPaul. Parmi les phrases-clés qui rythment son émission, le fameux "Messieurs, démarrez vos moteurs, et que la meilleure gagne !" devient dans ce début de nouvelle saison "Mesdames et messieurs, démarrez vos moteurs, et que la meilleure gagne !". Un pas vers l'inclusion, alors que ces fameuses répliques avaient été dénoncées par des associations trans'. Notamment à cause de jeux de mots utilisant le terme "shemale" (mix de "she" pour « elle » et de "male" pour « mâle », ndlr) .

Gia Gunn n'est pas à proprement parler la première drag queen trans' de "Rupaul's Drag Race". Elles sont en réalité huit dans ce cas : elle, Sonique, Carmen CarreraStacy Layne Matthews, Kenya Michaels, Jiggly Caliente, Monica Beverly Hillz et Peppermint. Elle est cependant la première à participer  à une saison après sa transition.

Seules Peppermint,Carmen Carrera et Sonique ont fait leur coming-out trans' au cours d'une saison. Les cinq autres l'ont fait après leur participation. A noter également, Sonique a participé après sa transition à un épisode spécial Noël de "Rupaul's Drag Race". Il a été diffusé le 7 décembre 2018.

A LIRE AUSSI : Twitter s’engage en faveur des personnes trans’

D'autres points de conflits

La question, enfin réparée, de l'inclusion des personnes trans' n'est pas l'unique problème de l'émission. Le présentateur a également fait l'objet de critiques de la part de plusieurs participantes noires. Et notamment The Vixen, qui avait quitté le plateau de l'épisode de réunion de la saison 10, suite à un débat amer avec RuPaul.

Ces drag-queens lui reprochent son peu d'engagement, voire d'intérêt, pour les combats antiracistes. Or, la scène drag - aux Etats-Unis comme en France - a toujours utilisé le divertissement comme moyen de faire passer des messages politiques, notamment en faveur de toutes les minorités. Sur la transphobie, RuPaul a transformé son mea culpa en actes.

https://www.facebook.com/RuPaulsAllStarsDragRace/videos/271466233566587/

Crédit photo : Logo TV.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail