CalifornieL’esprit West Coast, à siroter n’importe où, avec les smoothies Naked

Par Naked Juice le 20/12/2018

CONTENU PARTENAIRE. La Californie, son architecture moderniste qui a abrité les amours secrètes de l’âge d’or d’Hollywood, ses bars queers historiques et ses routes au bord de l’eau où papillonner en rollers… Pleines de pep’s, les recettes fruitées de Naked sont à l’image de leur lieu de naissance : la côte Ouest gay friendly et sexy des États-Unis.

Sur les plages ensoleillées de Santa Monica, vous pouviez croiser dans les années 1980 un hippie en train de vendre des smoothies maison. Il s’agit de Jimmy Rosenberg, co-fondateur des smoothies Naked en 1983, distribués exclusivement en Californie jusqu’en 2000. Des smoothies sans arôme artificiel, sans sucre ajouté, ni conservateur : dans le plus simple appareil. Ou presque puisqu’ils possèdent un petit truc en plus : des extraits végétaux tel que la spiruline ou le curcuma. Il n’y a qu’en Californie que pouvaient naître ces recettes fruitées, pleines de vitalité* et sexy, qui concentrent l’esprit West Coast trendy en bouteille.

La “Bitch Beach” de Santa Monica

Si San Francisco et Los Angeles s’imposent comme les villes les plus connues de la côte Ouest des États-Unis, Santa Monica n’est pas en reste. Dès les années 1930, elle attire marins, hommes d’affaires et célébrités encore dans le placard sur ses plages paradisiaques et dans ses bars gay. Au plus connu, le Tropical Village, vous pouviez même écouter Johnnie Ray, pionnier du rock’n’roll. Affectueusement surnommée “Bitch beach”, la plage de Santa Monica était un espace de liberté aux confins du pays, où être soi-même, en maillot de bain ou même en tenue d’Adam. Cet esprit de liberté dénuée de tout préjugé se retrouve justement dans les valeurs défendues par Naked.

George Nader, Rock Hudson et bien d’autres. Aujourd’hui encore, Santa Monica continue de ressembler à ces images de carte postale californienne où éphèbes et sirènes s’amusent en rollers le long de la plage. Une bouteille de smoothie à la main.

Le modernisme rafraîchissant de Palm Springs

Jusque dans les 1950, âge d’or d’Hollywood, les plus grands studios de cinéma exigeaient que leurs stars restent à maximum deux heures de route des plateaux de cinéma de Los Angeles. En plus de s’amuser dans les lieux de convivialité gay et lesbiens de Santa Monica, les stars en quête d’intimité ont surtout trouvé refuge à Palm Springs.

Dans cette petite ville au pied des monts San Jacinto, la piscine en forme de piano de la résidence “Twin Palms” de Franck Sinatra a ainsi accueilli les amours saphiques de Marlene Dietrich et Greta Garbo. Cary Grant n’avait qu’à traverser la rue pour rejoindre celui qui aura été son presque “coloc” pendant des décennies, le héros de western Randolph Scott. Rock Hudson ou Tab Hunter se sentaient libres de batifoler dans ces résidences secondaires de stars à l’abri des regards indiscrets d’Hollywood. Depuis, la ville s’impose comme un musée à ciel ouvert de l’architecture moderniste. Chaque bouteille de Naked offre d’ailleurs ce sentiment rafraîchissant de plonger dans une de ces piscines californiennes si bien dépeintes par David Hockney. 

Vous l’aurez compris, la côte ouest gay friendly ne se résume pas à San Francisco et Los Angeles. Pleine de vitalité et sexy, engagée et arty, c’est toute l’essence multifacette de la Californie qui se retrouve embouteillée dans les smoothies Naked. À siroter n’importe où pour un aller simple sur la West Coast.

*  La vitamine C contribue à réduire la fatigue