applicationGoogle bannit enfin une application de thérapie de conversion de son catalogue

Par Marion Chatelin le 01/04/2019
google

Google a enfin supprimé de son catalogue une application de "thérapie de conversion" le 29 mars dernier, après trois mois d'hésitations.

Il était temps ! Le géant d'internet Google a enfin supprimé une application de thérapie de conversion, "Living Hope Ministries", qui était présente dans son catalogue "Google Play". Il aura fallu attendre trois mois. L'application avait pourtant été supprimée par Apple, Amazon et Microsoft dès décembre 2018.

"Après avoir consulté des organisations de défense [LGBT], revu nos politiques et s'être assurés que nous avons compris les liens entre l'application et les "thérapies de conversion", nous avons décidé de la supprimer du Play Store", a expliqué l'un des porte-paroles de Google à Fox News.

À LIRE AUSSI : Google vivement critiqué pour avoir gardé une application sur les thérapies de conversion

Un retard incompréhensible

Pour le sénateur démocrate de New-York Brad Holyman, interviewé par nos confrères du New York Post, le géant d'internet aurait dû agir bien plus tôt.

"J'ai contacté Google à ce propos en janvier. Ils n'ont pris aucune mesure. On leur donne du crédit parce qu'ils agissent finalement. Mais l'entreprise a besoin d'un audit interne pour examiner pourquoi ils ont retardé cette décision si longtemps."

"Se tourner vers l'hétérosexualité"

L’application Living Hopes Ministries a été créée par le groupe chrétien américain éponyme. Elle conseille notamment à ses utilisateurs de se tourner vers l’hétérosexualité à travers les prières et la "thérapie".

L'un des quatre GAFA (Google Apple Facebook et Amazon, ndlr) avait été visé par une pétition lancée en janvier par le groupe Truth Wins Out qui se bat "contre l'extrémisme religieux anti-gay". Elle a totalisé plus de 142 000 signatures en trois mois.

Le groupe s'est félicité de la suppression définitive de l'application dans un tweet : "Truth Wins Out est ravie que Google ait finalement supprimé une application dangereuse qui visait les jeunes LGBT+ avec des messages de culpabilité et de honte."

Crédit photo : Steven Damron / Wikimedia commons.