Google bannit enfin une application de thérapie de conversion de son catalogue

Google a enfin supprimé de son catalogue une application de « thérapie de conversion » le 29 mars dernier, après trois mois d’hésitations.

Il était temps ! Le géant d’internet Google a enfin supprimé une application de thérapie de conversion, « Living Hope Ministries », qui était présente dans son catalogue « Google Play ». Il aura fallu attendre trois mois. L’application avait pourtant été supprimée par Apple, Amazon et Microsoft dès décembre 2018.

« Après avoir consulté des organisations de défense [LGBT], revu nos politiques et s’être assurés que nous avons compris les liens entre l’application et les « thérapies de conversion », nous avons décidé de la supprimer du Play Store », a expliqué l’un des porte-paroles de Google à Fox News.

À LIRE AUSSI : Google vivement critiqué pour avoir gardé une application sur les thérapies de conversion

Un retard incompréhensible

Pour le sénateur démocrate de New-York Brad Holyman, interviewé par nos confrères du New York Post, le géant d’internet aurait dû agir bien plus tôt.

« J’ai contacté Google à ce propos en janvier. Ils n’ont pris aucune mesure. On leur donne du crédit parce qu’ils agissent finalement. Mais l’entreprise a besoin d’un audit interne pour examiner pourquoi ils ont retardé cette décision si longtemps. »

« Se tourner vers l’hétérosexualité »

L’application Living Hopes Ministries a été créée par le groupe chrétien américain éponyme. Elle conseille notamment à ses utilisateurs de se tourner vers l’hétérosexualité à travers les prières et la « thérapie ».

L’un des quatre GAFA (Google Apple Facebook et Amazon, ndlr) avait été visé par une pétition lancée en janvier par le groupe Truth Wins Out qui se bat « contre l’extrémisme religieux anti-gay ». Elle a totalisé plus de 142 000 signatures en trois mois.

Le groupe s’est félicité de la suppression définitive de l’application dans un tweet : « Truth Wins Out est ravie que Google ait finalement supprimé une application dangereuse qui visait les jeunes LGBT+ avec des messages de culpabilité et de honte. »

Crédit photo : Steven Damron / Wikimedia commons. 

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail