La réponse d’Emily Ratajkowski à ceux qui demandent le genre de son enfant est parfaite

Alors que sa grossesse est entamée depuis presque cinq mois, la mannequin et actrice américaine explique dans les lignes de Vogue pourquoi elle aimerait élever son premier-né loin des carcans genrés de notre société.

En dépit du contexte sanitaire comme politique plutôt tendu aux États-Unis, Emily Ratajkowski peut se réjouir d'une chose : sa toute première grossesse. Dans un long essai pour Vogue, appuyé des photos rayonnantes où l'on aperçoit son ventre bien rond, la modèle de 29 ans apprend au monde entier qu'elle est enceinte. Et précise, dans la foulée, qu'elle ne veut pas dévoiler le genre de son futur enfant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emily Ratajkowski (@emrata) le

"Quand mon mari et moi annonçons à des amis que je suis enceinte, leur première question après les félicitations est presque toujours 'vous savez ce que vous voulez ?', raconte la mannequin. On aime répondre qu'on ne saura pas son genre avant que notre enfant ait 18 ans et il nous le fera alors savoir. Tout le monde rit à ça. Mais il y a pourtant un semblant de vérité dans cette phrase, qui renvoie à toutes les possibilités bien plus complexes que l'appareil génital avec lequel notre enfant sera né".

Entre superstitions et préjugés

Enceinte de vingt semaines déjà, Emily Ratajkowski se confie sur les nombreuses superstitions que son entourage lui murmure. Si tu as une forte libido, alors c'est un garçon. Si tu as envie de sucreries, alors c'est une fille. "Je n'accuse personne pour ces généralisations, défend-elle. Bon nombre de nos expériences sont genrées et ce serait malhonnête de nier la réalité de certaines d'entre elles. Mais je n'aime pas le fait qu'on force des idées préconçues et genrées sur les gens, et encore moins les bébés".

"Je veux être un parent qui permet à mon enfant de se dévoiler à moi, continue la mannequin. Et pourtant, je réalise que, bien que j'espère que mon enfant pourra déterminer sa propre place dans le monde, il sera confronté quoi qu'il arrive aux limites et aux constructions de genre avant même qu'il ne puisse parler ou même avant de naître". En espérant que cette conception trop binaire du monde continue d'évoluer.

Crédit photo : Emily Ratajkowski via Instagram


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail