EuropeDroits LGBT+ : le footballeur hongrois Peter Gulacsi s'en prend au gouvernement de Viktor Orban

Par Nicolas Scheffer le 24/02/2021
Venant de Hongrie, Peter Galusci joue aujourd'hui en Allemagne

Depuis Leipzig en Allemagne où il évolue, le gardien de but hongrois s'en est pris à une réforme constitutionnelle voulue par Viktor Orban. Peter Gulacsi affiche son soutien aux couples LGBT+ qui souhaitent fonder une famille.

Les personnes LGBTQI+ en Hongrie ont un nouvel allié de poids. Le footballeur Peter Gulacsi, gardien de but à Leipzig (est de l'Allemagne), a apporté son soutien aux couples homos.

LIRE AUSSI >> Euro 2021 : face à la Hongrie, l’UEFA refuse d’illuminer le stade de Munich aux couleurs LGBTQ

Sur Facebook, le joueur s'en prend à une réforme constitutionnelle introduite par le gouvernement de Viktor Orban et votée en décembre, qui empêche les couples de même sexe d'adopter. Accompagné d'une photo où il pose avec sa femme, il regrette que seuls les couples mariés puissent adopter, ce qui exclut de fait les couples homosexuels, qui n'ont pas le droit de se marier en Hongrie.

LIRE AUSSI >> Un eurodéputé proche de Viktor Orban surpris dans une partouze gay

"Tout le monde a droit à l'égalité", écrit Peter Galacsi. "De la même manière, chaque enfant a le droit de grandir dans une famille heureuse, quel que soit le genre, la couleur ou la religion de ceux et celles qui la composent". Avant d'ajouter que "plus une personne passe de temps à l'étranger, plus elle se rend compte que l'amour, l'acceptation et la tolérance envers les autres sont les choses les plus importantes".

"Je suis pour les familles arc-en-ciel"

Le gardien de but joue à l'étranger depuis qu'il a rejoint Liverpool en 2007, avant d'évoluer en Allemagne. "J'ai rencontré beaucoup de personnes différentes dans la vie privées et dans le sport professionnel. (...) Dénonçons la haine, soyons plus tolérants et ouverts ! Je suis pour les familles arc-en-ciel", poursuit-il. Cette prise de parole intervient alors que 800 footballeurs professionnels évoluant en Allemagne ont appelé à en finir avec l'homophobie dans le foot.

En 2010, le retour au pouvoir de Viktor Orban a constitué un retour en arrière pour l'un des pays les plus progressistes de l'Europe de l'Est. L'homosexualité y a été dépénalisée dans les années 1960 et les unions civiles entre personnes de même sexe ont été reconnues en 1996.

Au nom des "valeurs chrétiennes" hongroises, Viktor Orban a sapé les droits des personnes LGBTQI+ après avoir promis une "nouvelle ère" culturelle. En décembre dernier, des amendements à la Constitution y ont inscrit une définition restrictive du genre. "Le gouvernement hongrois profite du chaos lié au Covid pour mettre en application des reculs jamais vus pour les droits des personnes LGBTI", jugeait alors auprès de TÊTU Sebastien Tüller, responsable des questions LGBTI au sein d'Amnesty International.

LIRE AUSSI >> La Hongrie adopte « des reculs jamais vus pour les droits LGBTI » selon Amnesty International

Crédit photo : Capture d'écran Facebook/Péter Gulácsi