facebook

Culture

Russell T. Davies : “Si je refaisais Queer as Folk aujourd’hui, il faudrait un casting plus inclusif”

Queer as Folk, Cucumber, Years and Years : c’est lui. Le créateur gallois Russell T. Davies a révolutionné la représentation de l’homosexualité sur le petit écran. Rencontre avec un ponte de l’industrie télévisuelle.

C’est une légende, un raconteur d’histoires queers doublé d’un activiste politique qui a choisi d’exprimer ses convictions à travers l’écriture de séries télé, toutes devenues cultes. En une vingtaine d’années, il aura ausculté le milieu gay vibrant de Manchester dans Queer as Folk, rendu de l’attrait à la série Doctor Who, pilier de la pop culture, et échauffé les esprits (et les cœurs) en imaginant une Angleterre dystopique post-Brexit dans Years and Years. Russell T. Davies a marqué au fer rose l’histoire de la télévision. À 57 ans, il continue d’œuvrer pour la représentation de l’homosexualité à l’écran. Dans It’s a Sin (toute ressemblance avec le tube des Pet Shop Boys n’est pas fortuite), nouvelle série avec Neil Patrick Harris et le chanteur des Years & Years, Olly Alexander diffusée le 22 mars prochain sur Canal +, Davies s’attaque cette fois aux années sida. À chaque nouveau projet, le Gallois brosse une représentation de nos vies, de nos sexualités, de nos combats, en leur donnant une visibilité que le petit comme le grand écran rechignent souvent à nous offrir : la première place. Tout ça avec une finesse d’écriture, une justesse tout-terrain et une humanité qui laissent rarement indemne.

Avant que l’entretien ne commence, le scénariste jette un œil par la fenêtre de sa résidence de Swansea, dans le sud du pays de Galles. “Un arc-en-ciel vient d’apparaître”, remarque-t-il. Voilà une interview qui s’ouvre sous les meilleurs auspices !

...

Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail