quotidienL'émission "Quotidien" épinglée après les propos transphobes d'Élisabeth Roudinesco

Par Florian Ques le 11/03/2021
quotidien

Suite à sa quotidienne du 10 mars 2021, de nombreux internautes s'insurgent contre l'émission de TMC pour avoir laissé l'historienne Élisabeth Roudinesco tenir des propos anti-trans. Un appel au signalement auprès du CSA a été lancé.

Ce mercredi, Quotidien recevait sur son plateau l'historienne et psychanalyste Élisabeth Roudinesco. Celle-ci était présente afin de promouvoir la parution de son nouvel ouvrage Soi-même comme un roi, essai sur les dérives identitaires. Au cours de sa prise de parole, elle souligne l'usage recrudescent d'étiquettes au sein de notre société. Elle en profite alors pour soutenir une rhétorique transphobe. "Il ne faut pas les discriminer, ça existe mais je trouve qu'il y a un peu une épidémie aujourd'hui de transgenres, déclare-t-elle à l'antenne de TMC. Il y en a beaucoup trop".

Pas un coup d'essai

Au fil de l'interview, Élisabeth Roudinesco semble ensuite évoquer le cas de Lilie, une petite fille trans à qui la justice vient de refuser le changement de prénom à l'état civil. "Quand un enfant de 8 ans dit qu'il est de l'autre sexe, en quoi est-ce qu'il est habilité ?, avance-t-elle. Il faut certainement lui dire 'bon, très bien, tu as le droit de te sentir comme ça' mais ça ne veut pas dire qu'il faut l'assigner. On peut lui dire 'peut-être mais tu as une anatomie donc tu verras plus tard si tu as envie de changer de sexe'. En prime, la psychanalyste de 76 ans emploie plus tard le terme sensationnaliste de "transformation" pour parler de transition.

D'autant que la psychanalyste n'en serait pas à son coup d'essai comme le rappelle Guillaume Perilhou, journaliste à TÊTU. En 2001, dans la revue Cliniques Méditerranéennes, elle semblait préconiser l'usage de "cures" pour "faire en sorte que l'enfant évolue vers un autre choix sexuel". 

Des signalements au CSA

Suite à la diffusion de l'émission, de nombreux internautes ont condamné les dires polémiques de l'historienne, mais également la complaisance dont a pu faire preuve le présentateur Yann Barthès à son égard. En effet, ce dernier n'a pas vraiment osé l'interrompre et personne sur le plateau n'a tenu tête à la transphobie d'Élisabeth Roudinesco. Dans la foulée, le compte Instagram militant Le Coin des LGBT+ a donc appelé ses followers à effectuer un signalement en masse auprès du CSA pour discrimination.

À LIRE AUSSI : On a parlé transidentités, écriture égalitaire et représentations avec Lexie du compte @aggressively_trans

De son côté, Lexie du compte @aggressively_trans a déploré cette séquence de Quotidien dans une story. "L'historienne invitée mélangeait biologie, genre et orientation romantico/sexuelle, preuve claire de connaissances pas du tout à jour sur l'état de la société et des identités trans, explique-t-elle. Ça ne l'a pas empêchée d'estimer sa parole légitime. Pas son analyse, mais son avis". Pour changer la donne, la jeune femme espère que le programme de TMC donnera enfin la parole aux concerné·e·s. "L'émission n'a encore pas accordé la parole à une personne trans adulte ayant un espace de parole clair et une expertise reconnue, dit-elle. [...] Faites-nous de la place. Sans choisir ce qu'on va dire. Sans couper nos narrations".

Crédit photo : TMC via capture d'écran