élection présidentielleLa campagne de Marine Le Pen reçoit le soutien de Viktor Orbán

Par têtu· le 03/02/2022
marine le pen,viktor orban,rassemblement nationale,élection présidentielle 2022,marine le pen 2022,marine le pen zemmour,marine le pen orban,rassemblement national marine le pen,rassemblement national,marine le pen a reims,présidentielle 2022,marine le pen reims

Après avoir été ouvertement courtisé par Éric Zemmour et Marine Le Pen, le Premier ministre réactionnaire et LGBTphobe de Hongrie, Viktor Orbán, a finalement jeté son dévolu sur la présidente du Rassemblement national. Son soutien doit être officialisé lors d'un meeting à Reims.

Des nouvelles de l'amicale progressiste européenne… Dans sa campagne pour l'élection présidentielle, Marine Le Pen reçoit cette année le soutien politique et financier de la Hongrie et de son Premier ministre, Viktor Orbán. À la recherche de financement, le Rassemblement national (RN) a dégoté, révèle RTL, un prêt de 10,6 millions d'euros auprès d'une banque hongroise. De quoi sans doute remplacer les emprunts russes passés qui n'avaient guère réussi au RN.

À lire aussi : Comme Le Pen et Zemmour, Trump loue le "grand leader" Viktor Orbán

L'histoire ne dit pas si Viktor Orbán a dû intercéder en faveur du RN auprès de ladite banque, mais son soutien est assumé puisqu'un message vidéo du Premier ministre hongrois, révèle cette fois franceinfo, doit être envoyé à l'équipe de campagne de Marine Le Pen pour être diffusé ce samedi 5 février au meeting de la candidate à Reims.

Viktor Orban "adore" Marine Le Pen

"Viktor Orban adore Marine", glisse un proche de Marine Le Pen à franceinfo. Un juste retour de flamme pour la candidate du RN qui en octobre dernier s'était rendue, à la suite d'Éric Zemmour, à Budapest pour faire les yeux doux au nouvel homme fort de la droite réactionnaire européenne.

L'été dernier, déjà, la présidente du RN avait apporté son soutien à Viktor Orbán face aux critiques après le vote par le Parlement hongrois de sa loi LGBTphobe dégainée au nom de la protection des mineurs, allant jusqu'à reprendre sa rhétorique tout en sous-entendus : "Je pense qu’il ne faut faire la promotion d’aucune sexualité auprès des mineurs". L'eurodéputé Nicolas Bay, aujourd'hui porte-parole de la candidate, avait benoîtement interrogé : "Mais quelles sont les valeurs [d'Orbán] avec lesquelles on pourrait ne pas être d'accord ?". Vraiment, on ne voit pas.

À lire aussi : "Don't say gay" : la Floride s'en prend à son tour aux sujets LGBTQI+ à l'école

Crédit photo : capture d'écran Twitter @MLP_officiel