Jérémy Stravius, Céline Dumerc… Qui sont les athlètes qui ont fait leur coming out sur Canal+

Ce samedi 19 juin sur Canal+, le documentaire Faut qu'on parle brise un peu plus le tabou de l'homosexualité dans le sport, avec le coming out de plusieurs athlètes en activité. Focus sur ces champion·ne·s qui n'ont plus peur de se cacher.

Crédit photos : Canal+

C'est au sein du documentaire Faut qu'on parle, diffusé pour la première fois ce samedi 19 juin 2021 à 23h sur Canal+ (à la demande sur MyCanal), que six athlètes professionnels et en activité ont décidé de parler ouvertement, face caméra, de leur homosexualité. Il s'agit de la judokate Amandine Buchard, du patineur artistique Kévin Aymoz, du rugbyman Jérémy Clamy-Edroux, de la basketteuse Céline Dumerc, de l'escrimeuse Astrid Guyart et du nageur Jérémy Stravius (voir la bio de chacun·e sous l'article). Pour ces cinq derniers – Amandine Buchard en avait déjà parlé – c'est même leur coming out médiatique, une démarche inédite forte en ce Mois des Fiertés.

Un travail de défricheurs

En réalisant ce film, les journalistes Arnaud Bonnin et Lyes Houhou avaient un objectif précis en tête : libérer la parole afin que l'homosexualité ne soit enfin plus un tabou dans le domaine sportif. Pour leur documentaire, ils sont partis en quête d'athlètes qui souhaiteraient se livrer, sans barrières, devant la caméra.

"On voulait faire un beau documentaire et pas quelque chose de voyeuriste ou putassier."

"Comme ce n'est pas écrit sur leur front, on s'est d'abord basé sur les rumeurs qu'on avait pu entendre à leur sujet, explique Arnaud Bonnin à TÊTU. On les a ensuite contactés par messages mais on a quand même tenu à leur expliquer le projet en face-à-face. On tenait vraiment à les mettre en confiance, afin de leur montrer qu'on voulait faire un beau documentaire et pas quelque chose de voyeuriste ou putassier".

Convaincre ces six personnalités sportives d'apparaître dans Faut qu'on parle s'avéra plus facile que prévu. Les concerné·e·s ont vite donné leur approbation. "Ce sont des grands champions, rappelle Lyes Houhou. Ils se sont donc demandés s'ils avaient quelque chose à gagner ou davantage à perdre. Et en fait, ils se sont rendu compte qu'ils avaient un message fort à porter et que cela dépassait les éventuelles critiques qu'ils pourraient recevoir. Au bout du compte, cette démarche leur a paru plus importante que leur personne".

Des sports divers mais le foot coince toujours

L'atout du documentaire, dont Eddy de Pretto signe le générique avec sa chanson "Normal", c'est aussi de souligner que les personnes LGBTQI+ sont présentes dans toutes les disciplines. Les athlètes qui témoignent dans Faut qu'on parle sont en effet issus de secteurs bien distincts. Pour autant, il n'y a encore personne du milieu du football, pourtant le sport le plus populaire en France. Si Ouissem Belgacem a fait récemment un coming out très remarqué qui lui vaut cet été la couverture de TÊTU, il l'a fait après la fin de sa carrière, comme la plupart des athlètes encore aujourd'hui.

LIRE AUSSI >> Ouissem Belgacem dans TÊTU : « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour devenir hétéro »

"C'est le dernier bastion où c'est encore très tabou, reconnaît Arnaud Bonnin. Il n'y a même pas de frémissement, rien. Alors oui, il y a des actions menées, des messages d'acceptation portés par certains sportifs. Mais je n'ai pas l'impression qu'il puisse y avoir un footballeur qui sorte du silence dans les prochains mois". "Peut-être pour un nouveau Faut qu'on parle !", lance son co-réalisateur, qui espère bien que le film aidera d'autres athlètes à sauter le pas. Pourquoi pas aussi dans TÊTU : nos pages sont ouvertes !

Bravo aux six athlètes :

Kévin Aymoz

À seulement 23 ans, Kévin Aymoz peut se targuer d’être le numéro 1 du patinage artistique en France. Et pour preuve, cela fait maintenant plusieurs années consécutives que le sportif isérois glane la première place aux championnats de France. En mai dernier, il a terminé neuvième des championnats du monde avec un score de 254,52 points. Ses multiples prouesses sur la glace sont de bon augure pour les prochains Jeux olympiques d’hiver, début 2022 à Pékin, auxquels le jeune athlète devrait prendre part. Grâce à lui, Guillaume Cizeron n’est plus le seul patineur français encore en activité à être sorti du placard.

LIRE AUSSI >> « On ne devrait pas avoir à faire de coming out » : Guillaume Cizeron est dans TÊTU

Crédit photo : Canal+

Amandine Buchard

Âgée de 25 ans, Amandine Buchard est la seule championne du documentaire dont le coming out n’était pas une véritable révélation. En effet, la jeune judokate avait déjà évoqué son homosexualité en octobre 2018. Et si son courage était déjà admirable à l’époque, son palmarès l’est tout autant. Active depuis 2010 dans le milieu de la compétition, elle collectionne les médailles d’or et a notamment remporté la première place lors des championnats d’Europe de judo 2021, dans la catégorie réservée aux moins de 52 kg.

Crédit photo : Canal+

Jérémy Clamy-Edroux

Passé par des clubs comme celui de Massy Essonne, dans le 91, Jérémy Clamy-Edroux est un rugbyman âgé de 30 ans qui joue désormais pour le Rouen Normandie Rugby – et ce, depuis 2013. Ce grand gaillard de 115 kg occupe, sans surprise, le poste de pilier au sein de son équipe, actuellement en Pro D2. En révélant publiquement son homosexualité dans le documentaire Faut qu’on parle, il devient le tout premier joueur de rugby français en activité ouvertement gay.

Crédit photo : Canal+

Céline Dumerc

Les féru·e·s de basket-ball savent pertinemment que Céline Dumerc n’a plus à faire ses preuves sur le terrain. Après avoir joué pour Tarbes (sa ville d’origine), Bourges et même Iekaterinbourg en Russie, la sportive de 38 ans représente désormais les couleurs du Basket Landes, une équipe féminine dont le club est situé au Mont-de-Marsan. En 2021, son équipe a été sacrée championne de France. Comme si cela ne suffisait pas à attester de sa persévérance, Céline Dumerc est présentement la détentrice du record de sélections en équipe de France de basket.

Crédit photo : Canal+

Astrid Guyart

Du haut de ses 38 ans, Astrid Guyart ne compte plus les médailles qu’elle a remportées au gré de sa carrière. Escrimeuse aguerrie, elle a notamment raflé plusieurs fois l’or de la Coupe du monde d’escrime, en équipe comme en solo. Mieux encore, elle s’est plusieurs fois qualifiée pour les Jeux olympiques, notamment en 2012 et 2016. Un palmarès qui a de quoi faire des jalouses, d’autant plus qu’elle ne se limite pas qu’à manier le fleuret. Astrid Guyart est aussi ingénieure aérospatiale, autrice pour la jeunesse et elle s’engage également dans le milieu associatif. Une femme complète, en somme, et désormais out médiatiquement.

Crédit photo : Canal+

Jérémy Stravius

Natif d’Abbeville dans la Somme, Jérémy Stravius jouit d’une belle carrière en tant que nageur. Polyvalent, il maîtrise différents types de nage – du dos à la nage libre en passant par le papillon. Il a maintes fois décroché l’or aux championnats mondiaux et européens, mais sa plus grande victoire reste sans doute la première place au 4 x 100 m nage libre lors des Jeux olympiques de Londres en 2012. Il devient aujourd’hui le seul champion de natation français à être out.

>> Ouissem Belgacem et
Guillaume Cizeron

sont dans TÊTU en kiosques <<

Crédit photo : Canal+

Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail