Inde : un homme persuadé d'être enceinte après un rapport homosexuel
Buzz/People

Inde : un homme persuadé d'être enceinte après un rapport homosexuel


L’histoire a de quoi faire sourire. Un indien de 52 ans, père de deux enfants, persuadé d’être tombé enceinte après un rapport entre hommes, a été hospitalisé, non pas en service obstétrique mais psychiatrique.

L’homme s’est rendu à l’hôpital sur l’insistance de sa famille devenant très inquiète de son comportement. En effet, durant six mois, l’homme s’est plaint de maux de ventre, a commencé à refuser de s’alimenter, arguant des nausées. Son frère a alors cherché une assistance médicale, l’homme refusant d’admettre qu’on ne pouvait pas tomber enceinte en ayant un rapport homosexuel.

D’ailleurs, à son arrivée à l’hôpital, l’homme a déclaré : « sentir le bébé bouger dans son ventre ». Pour le Dr PN Suresh Kumar, c’est le cas le plus déroutant qu’il a eu à traiter. Et de déclarer : « en général on observe le syndrome de la couvade (ou grossesse nerveuse de l’homme) chez les pères en devenir, lorsque leur partenaire est enceinte ».

Malgré son délire, les tests effectués sur le patient n’ont pas démontré de troubles de l’identité sexuelle. Une aide psychologique et la prise d’anti-psychotique ont permis de faire disparaître cette lubie.

Cependant, de nombreux commentaires du Dr PN Suresh Kumar nous indique que l’homosexualité est encore mal perçue en Inde voire considérée comme une maladie. Ce dernier a déclaré :

« Il était un homosexuel actif dans son adolescence, ce qui a pu contribué à ses croyances. Cependant, son  homosexualité n’a pas affecté son mariage ». Et d’ajouter : « Après une série de séances psychologiques, il a arrêté de se livrer à une activité homosexuelle. »

La section 377 de la loi criminalisant l’homosexualité et la sodomie avait été abrogée en 2009 à la demande du gouvernement pour être finalement restaurée en 2013. La Court Suprême indienne étudie à nouveau la possibilité de l’abroger. Une part importante de la population considère que cette loi datant de 1860 n’a plus sa place au 21ème siècle et que l’Inde doit se moderniser sur ces questions de société.

ads