W, l’hétéro qui aimait tant se faire prendre
Sexo/Psycho

W, l’hétéro qui aimait tant se faire prendre


Le nouveau rendez-vous hebdomadaire de TÊTU envoie notre valeureux reporter en immersion chez les « impudiques », des témoins de notre époque qui acceptent de se livrer sans fausse pudeur. Aujourd’hui rencontrez W, l’hétéro passif très curieux qui adorait le plaisir anal, et l’assumait parfaitement.

Quand j’entre chez W au sommet d’une tour de banlieue, je suis d’abord intrigué par la chambre fermée à la va-vite. Il vient d’enfourner quelques habits. Que cache t-il comme secret ? Ici, pas d’amant dans le placard, au contraire. Juste une discrétion. Les secrets doivent rester secrets. Mais je compte bien tout lui faire dire…

Je suis né au Maghreb, dans la culture musulmane. Je ne dirais pas qu’il y avait de la religion à la maison. Ma mère, avec qui j’ai grandi, était actrice. Forcément ça m’a permis d’être un peu plus libre. Les seuls homosexuels que l’on voyait, c’était lors des fêtes foraines, des hommes habillés en femmes avec des déhanchés incroyables, encore mieux que les femmes… Mais c’était folklorique, sporadique.

Quand on est arrivé dans les Alpes avec ma famille, à 14 ans, je n’avais jamais vu de garçons se tenir la main ou amoureux. La première fois ça m’a fait un choc, c’était bizarre. Jusque là pour moi ça n’existait même pas l’homosexualité. Alors que j’ai appris plus tard qu’un de mes amis proches l’était, mais sans le savoir pendant deux ans.

J’ai été assez vite sensible à la défense des droits des femmes, et puis aussi aux libertés individuelles en général. Une de mes amies a une association, j’ai fait des manifs pendant le débat sur le mariage pour tous… Mais jusque là je ne me posais pas de question sur moi-même.

J’ai toujours été curieux. Une de mes ex, très sexuelle, m’avait un peu initié à la découverte de mon corps, elle faisait des stages, des séminaires de découverte du plaisir, on a essayé un truc avec des serviettes chaudes, une technique indienne…

Je ne me touchais pas trop le cul. Les hétéros font pas trop ça. Les filles osent pas trop non plus. Mais ça m’a intrigué, alors j’ai commencé. J’ai même essayé des plugs. Mais c’est difficile, faut que ça se dilate et je savais pas trop y faire. J’avais déjà demandé à une ex de me mettre des doigts donc je savais très bien que ça me plaisais, j’en voulais plus.

Sur l’écran de ce que crois deviner être une Box internet, je suis intrigué par le mot qui apparaît : STRAIGHT. J’étais tellement intrigué que je n’ai même pas demandé ce que c’était. Un titre de film porno visionné avant mon arrivée ? Un message caché ? En tout cas, c’était bien sûr la question que je me posais : hétéro ?

Je suis allé sur des sites, je voulais pratiquer le sexe anal avec quelqu’un. Mais j’ai mis des mois avant de rencontrer un homme. Il fallait déconstruire certains blocages et des stéréotypes culturels. Mon pseudo c’était « hétéro curieux » au début. Mais j’attirais trop les passifs donc j’ai mis « hétéro passif », pour que ce soit clair.

J’ai discuté avec un mec pendant longtemps, et puis je l’ai enfin invité. Il a pris son temps, je voulais d’abord beaucoup discuter. Il a été très correct. Il est revenu une deuxième fois. J’ai apprécié. Mais il a joui trop vite. J’étais un peu frustré. Le second a été encore plus égoïste. Là j’ai pensé aux filles avec qui on est souvent un peu goujat, on les laisse quand on a terminé… Je crois que c’est bénéfique de réaliser ça pour mes futures relations avec des filles…

J’ai essayé de le sucer aussi mais j’ai pas du tout aimé, d’ailleurs après plein de copines m’ont avoué qu’elles n’aimaient pas ça non plus…

plaisir anal sodomie impudique curieux

W est à la fois très honnête mais très soucieux de garder tout cela secret. Pudique et impudique à la fois. Il se dit foncièrement hétéro, et rien ne me permet d’objecter cela. Il me dit ce qu’il veut. Il n’envisage pas d’autre chemin que de construire son futur avec une femme et d’avoir des enfants. Mais dans l’honnêteté de son plaisir anal, certes.

Je l’ai dit à une de mes ex, 15 jours après que l’on se soit rencontrés. Que j’aimais coucher avec des mecs. Elle a été surprise. J’aimerais bien faire des plans bis. Si jamais une fille kiffe me voir me faire prendre. Un couple hétéro que je ne connaîtrais pas plutôt… Pourquoi pas deux mecs actifs aussi…

passif curieux hétéro plaisir anal impudique

Quand je lui redemandais pourquoi il n’essayait pas ça avec une fille, en utilisant un gode-ceinture par exemple, la réponse fut claire comme de l’eau de roche.

C’est pas pareil de faire l’amour avec une personne, vraiment, de sentir un corps en toi. Et puis les filles ont leurs blocages aussi. Elles n’imaginent jamais qu’un mec ait envie de ça…

Alors que je commençais à ramasser mes affaires, W m’offrit une deuxième bière. Je devinais qu’il essayait de me faire rester un peu. Pour parler davantage de ce sujet si intime… Ou bien pour…

N’ayant jamais eu le fantasme – pourtant répandu – de conquérir un hétéro tel un trophée de chasse, je déclinai poliment. Je sentis sa déception. Certes, nous étions excités tous deux à force de parler de tout ce stupre, de ces fantasmes. Mais autant que W aime les filles hétéros, j’aime toujours autant les garçons gays. Ceux qui embrassent…

« STRAIGHT » s’est alors mis à clignoter sur la box, quand je suis parti.

 

Pour en savoir plus :





Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

ads